lundi 28 mai 2007

PENTECÔTE 2007 À DAMVIX, VENDÉE, par JPB

WEEK-END DU CLUB, DU 26 AU 28 MAI 2007
UN PETIT VILLAGE VENDÉEN QUI NE MANQUE PAS D'AIR : "DAMVIX" !
ET ÇA VOUS FAIT MARRER (POITEVIN) ?


L'AS Brévannaise à Damvix
Samedi 26 mai 2007

Branle-bas de combat : ce samedi matin rendez-vous 4h45 place de la Mairie à Limeil. Comme d'habitude à cette époque de Pentecôte nous nous levons aux aurores pour assouvir notre passion de la “Petite Reine”. Direction : la Sèvre Niortaise à Damvix. Au milieu du Marais Poitevin, patrie de notre Chamois Niortais (quelques-uns lui disent : on aura ta peau de chamois "Niortais" !!! et il répond "Qui ça moi ? "Chamois" ( humour).

Futur habitant de Périgny-sur-Troussepinette (c'est nouveau ça vient de sortir), petite localité refuge de James et Nicole, à la limite de la Vendée, des Deux-Sèvres et de la Charente-Maritime, une plaque tournante en somme. Bel endroit ce marais "mouillé".

Je vous passe le voyage en car, conduit par Abdou assisté par Pascal. Une halte est organisée par James à Niort, avec vue sur la rue principale et ses Dragons (il faut avoir vu pour comprendre), la visite est un peu gâchée par un excès "d'humidité", quel déluge, il pleut des cordes, dommage ça nous empêche de visiter le centre ville. C'est comme ça ma pauvre Lu-Lu. On doit faire avec les éléments (le premier qui dit “poil aux dents” descend du car !). Sortis de Niort nous longeons les petits canaux, puis nous passons devant "La Maison aux Volets Bleus", vue sur toutes les cartes postales de la région, et nous arrivons au centre qui va nous recevoir tout le week-end de Pentecôte. Gérard et Berthe nous accueillent, ils ont déjà installé leur maison roulante sur le parking, nous rejoindra également Eric avec une maison identique. Il vient du Bordelais, où il a émigré. Nous prenons possession de nos chambres dans de charmants petits bungalows, trois couples par habitation ; c'est confortable sauf qu'il n'y a que deux salles de bains pour 3 chambres ! La salle de bains de la 3e chambre se trouve dans l'évier de la cuisine !! et c'est James et Nicole, ceux qui ont organisé le séjour, qui s'y collent... un scandale !

Damvix à l'heure du repas
Vite on déjeune dans la salle du resto, et nous sommes fins prêts pour suivre James dans la première rando, ce samedi après midi, le temps est à peu près bien, tout du moins pas de pluie, peu de vent , et même un peu de soleil, ouf ! 90 km environ sont prévus, comme je reprends le vélo après ma chute, je manque un peu de fonds et je coupe les derniers 10 km. Je suis rassuré – même pas mal à l'épaule, aux cuisses, oui !!! Repas du soir dans de très bonnes conditions, les jeunes serveurs et serveuses sont sympas et efficaces. Nous avons l'incommensurable honneur d'avoir à notre table, outre notre vénéré Président, l'inénarrable "JR" et ses histoires qui n'en finissent plus, une histoire de cochon rose et une autre sur un "appontage", pas très clair tout ça, et en plus, le lendemain, il ne se rappellera pas qu'il les a racontées. Sans commentaires !! Nous sommes un peu K.O. et une bonne nuit réparatrice sera la bienvenue. À souligner : la conférence du Médecin du Codec 17 où JR s'est encore distingué en posant de multiples questions appropriées ou non, en rapport avec le liquide avalé plus tôt !!

À Périgny, malgré la pluie…

Dimanche 27 mai 2007

Départ prévu à 8 h, petit-déjeuner à 7h30 "Nom de Dieu, bande de petits salopards, pas de tire-au-cul". Nous suivons rigoureusement les consignes du "Chamois Niortais du Marais mouillé" qui nous a concocté un petit parcours d'environ 70 km, mais paraît-il avec un contrôle secret, inopiné. Nous partons de Damvix avec un ciel menaçant, et un peu de vent. Dès le 20e kilomètre, certains, dont notre Jean-Jo et quelques complices disparaissent. On est un peu inquiets, Maryan avait beau compter et recompter, ça ne faisait pas la maille. Nous avions quand même un regroupement de prévu à la sortie de Saint-Maxire, devant un garage Renault, tiens, tiens !!! Tout le monde s'est donc retrouvé à ce rancart : Arlette, JPG, Mimi, Claude, etc. Nous avons vite compris ce qui allait se passer, lorsque James revenu du diable vauvert, a repris le commandement des opérations et nous a guidés sur une petite route sur la gauche. Surprise ! Un panneau de contrôle trône au premier carrefour, tiens, vous avez dit bizarre ! Puis on est arrivé sur quelques maisons blotties les unes contre les autres, près d'une petite rivière, fief niortais des Savin, une grange était ouverte et l'on a découvert les voisins et amis avec qui ils avaient organisé ce contrôle surprise. Nous avions à disposition gâteaux divers et boissons à profusion, et en plus la "potion magique" du petit village, préparée par le Druide-Ami, spécialité du coin, la Troussepinette. Je vous la recommande fortement. D'ailleurs, sur le retour, Jean-Michel Baquet qui suivait notre train soutenu à plus de 29 km/h, nous avouait ne jamais avoir roulé aussi vite, si longtemps. La "potion magique" !! Heureusement qu'il n'y a pas eu de contrôle anti-dopage à l'arrivée. Cette fin de parcours a été accompagnée de pluie et de vent, qu'est-ce qu'on a pris !! La douche d'arrivée était la bienvenue. À signaler la chute de James, roulant sur Jean-Pierre, sans dommages heureusement pour les deux.

Damvix : prêts à décoller!
Après le repas, comme le parcours a été bien arrosé – les fontaines à vin ont fonctionné à merveille – tout le monde a été convié à embarquer dans notre car direction La Rochelle. Le soleil était revenu, balade sur le port, la mer était un peu nerveuse, le vent du large soufflait fort. Tous les cafés avaient les écrans de télévision allumés et retransmettaient "Dax - La Rochelle", que malheureusement les Rochelais ont perdu 14-22. Aie... Nous, on a eu du bol pour notre balade touristique car 1/4 d'heure avant de ré embarquer dans le car, le ciel s'est assombri grave, et l'on a fait le retour à Damvix sous le déluge. Le court temps du retour, et le soleil était revenu. Le temps change vite en bord de mer.

Le traditionnel "apéro" nous attendait au retour dans notre résidence. Repas + spectacle cabaret : en effet au cours du repas Alain V. (que nous ne nommerons pas) et JR nous ont offert un demi strip-tease dirons-nous "tauromachique". Les autres touristes présents n'en sont pas encore revenus. Quelle ambiance !! Pour se remettre de ces émotions : tout le monde à l'eau dans la piscine chauffée à bloc, nous avons à peine entendu l'orage qui a sévi en fin de soirée. En rentrant du bain, petit coucou aux piliers de bar, je ne nommerai personne, et vers 23h, retour au bungalow... où James a été fortement invité à offrir une tournée de cognac "frelaté" (vous savez celui qui a un goût de pommes, celui dont Bernard Blier a connu quelqu'un qui a dû arrêter d'en consommer car il devenait aveugle !!!. Au Président, à tous ceux réveillés... présents. Quelle journée, on ne s'ennuie pas à l'ASB Cyclo.

Lundi 28 mai 2007

Là-dessus courte nuit pour, ce lundi jour de retour, faire la dernière petite balade, fortement ventée, autour de Damvix, avec les femmes, une quarantaine de bornes de "décrassage musculaire", de façon à être prêts à libérer les chambres, déjeuner et se réinstaller dans le car pour le retour.

Départ prévu vers 15h, nous laissons Eric, Gérard et Berthe, sur le parking de Damvix. Direction l'autoroute qui va nous ramener à Limeil, via Niort, Poitiers, Paris "tout le monde descend". Anecdote pas banale sur le trajet retour, Michel Mordelet en relation téléphonique avec son fils gendarme, arrivent à se croiser sur une aire commune d'autoroute entre Niort et Poitiers. Eux, les gendarmes, redescendant à La Rochelle pour des manoeuvres, et nous remontant de notre périple vélocipédique (c'est pas un gros mot), le hasard fait quelquefois bien les choses. Il nous a suffi de franchir la passerelle d'autoroute pour se retrouver devant la machine à café, entourés d'une centaine de gendarmes, ça fait tout drôle, on se demande soudain si l'on a bien tout payé ses PV, et on est prêt à présenter ses papiers !! C'était sympa de revoir ce jeune homme qui de temps en temps venait rouler avec nous (avant qu'il soit militaire bien sûr, et que ses fonctions l'éloignent de Brévannes).

Arrivée à Brévannes vers 19h. Impeccable ! Le camion de Laurent est là également, synchro. Il recommençait juste à pleuvoir ! Il y avait longtemps.

Vivement la prochaine sortie.

Cyclosportivement vôtre,

JPB

La presse en parle

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire