mercredi 23 avril 2014

AUTOUR DE NYONS (100 COLS EN DRÔME)

RANDONNÉE PERMANENTE DU CLUB DES CENT COLS

Retrouvez sur notre site la page 100 cols en Drôme, qui récapitule tous nos articles concernant cette randonnée (séjours d'octobre 2013, d'avril et d'octobre 2014).

Présentation succincte du parcours

Une boucle entre Nyons et Les Pilles, un "aller-retour" (montée de Garde Grosse) + une petite boucle (Grosse Pierre) pour un total de 48 km avec un D+ cumulé de 1070 m.

4 cols et 1 sommet :
  • Col de la Croix-Rouge (513 m)
  • Col de la Croix, vers Garde Grosse (709 m)
  • Passage de Garde Grosse (781 m)
  • Sommet de Garde Grosse (944 m)
  • Col de la Grosse Pierre (248 m)

Première partie : boucle autour de Garde Grosse

La plus belle journée de notre séjour. Déplacement en voiture jusqu'à Nyons. Compte tenu du programme de la journée, deux options sont possibles au départ de Nyons. Craignant l'ascension "à froid" de Garde Grosse, nous préférons commencer par le tour du massif…

Massif de Garde Grosse, vu depuis la route du Col de la Croix-Rouge

Le but de cette boucle est de franchir le Col de la Croix-Rouge.

Marie-Ange arrive au Col de la Croix-Rouge (513 m)

Nous apercevons l'antenne au sommet de Garde Grosse. C'est là que nous monterons tout à l'heure.

Col de la Croix-Rouge, avec Garde Grosse à l'arrière plan

On redescend ensuite vers Les Pilles en passant près de Châteauneuf-de-Bordette.

Vallée de la Bordette, près de Châteauneuf

Nous atteignons rapidement le joli village des Pilles.

Les Pilles

Nous traversons l'Eygues, qui coule aussi près de Nyons.

Les Pilles : l'Eygues

De retour à Nyons, nous poussons jusqu'à l'Office de Tourisme (qui était encore fermé à l'heure où nous sommes partis) afin de faire tamponner nos "cartons", ce qui nous permettra le moment venu de faire homologuer la randonnée permanente.

Premier retour à Nyons

Montée de Garde Grosse

Et c'est reparti pour le gros morceau du jour : la montée de Garde Grosse.

Paysage près de Nyons, au début de l'ascension de Garde Grosse

Cette ascension n'est pas une mince affaire. Il n'y a qu'à considérer la pente moyenne et le profil pour s'en convaincre.
  • Altitude au départ : 284 m
  • Altitude au sommet : 934 m
  • Dénivelée : 650 m
  • Distance : 7,4 km
  • Pente moyenne : 8,7 %
  • Pente maxi : 11,5%

Profil de Garde Grosse

Garde Grosse n'est pas un col. En revanche, lorsqu'on monte au sommet, on franchit deux cols homologués : le Col de la Croix (709 m) et le Passage de Garde Grosse (781 m).

Aucun des deux n'est signalé par un panneau. Au Col de la Croix, un beau panneau en bois indique : "Forêt Domaniale de Coucou". Il y a aussi des panneaux de randonnée pédestre (direction Les Bayles, notamment), mais ils étaient cassés lorsque nous sommes passés.

Col de la Croix (709 m)

Nous marquons une petite pause car la montée est rude!

Un peu de repos au Col de la Croix

Au Passage de Garde Grosse, le poteau indicateur mentionne "le Double Lacet". Le nom provient du fait qu'il y a à cet endroit deux virages successifs en épingle à cheveu.

Le Double Lacet (775 m)

Au passage de Garde Grosse, on domine Châteauneuf-de-Bordette et la vallée de la Bordette.

Panorama depuis le Passage de Garde Grosse (781 m)

Sur le moment, n'étant pas sûrs que le Passage de Garde Grosse coïncidait avec le Double Lacet (je l'ai vérifié par la suite), nous poursuivons l'ascension jusqu'au sommet.

Garde Grosse (934 m)

Garde Grosse (934 m)

Du sommet de Garde Grosse, on découvre un panorama exceptionnel.

Vue de Nyons depuis Garde Grosse

Des habitués, que nous rencontrons au sommet, nous disent que l'horizon est souvent un peu bouché par les nuages à cette heure-là et que, pour profiter pleinement de la vue, il vaut mieux monter plus tôt dans la matinée. Ce qui nous fait regretter notre option du départ consistant à différer l'ascension pour mieux nous échauffer.

Panorama vers le sud depuis Garde Grosse

Nous abordons la descente avec beaucoup de prudence. Ce n'était déjà pas simple lors de la montée, car la route est très abîmée. Truffée de trous et parsemée de gravillons, elle peut s'avérer très piégeuse en descendant… Marie-Ange n'est pas très rassurée et, même moi qui suis un vététiste expérimenté, je préfère rester très vigilant.

De retour à Nyons, nous prenons le temps d'un petit resto en terrasse, sous le soleil! Enfin un temps qui permet de jouer aux "lézards"… Tout en partageant une délicieuse pizza, une succulente salade niçoise et un petit rosé bien frais!


Boucle supplémentaire : de Charols au Col de la Grosse Pierre

Nous avons repéré à l'avance que, sur le chemin du retour motorisé, il y avait une opportunité à saisir… Nous abandonnons donc (provisoirement!…) la voiture à Charols pour faire une dernière petite boucle de quelques kilomètres à peine sur nos vélos.

Près du Col de la Grosse Pierre

Cette petite gourmandise nous permet de découvrir et de franchir un nouveau col : le Col de la Grosse Pierre (255 m).

Col de la Grosse Pierre

C'est le 4e col pour aujourd'hui, ainsi que le 54e et dernier col du séjour. Il ne nous aura pas demandé un gros effort et ça aurait été dommage de passer si près sans l'honorer de notre visite!

Col de la Grosse Pierre (255 m)

Saurez-vous deviner l'origine du nom de ce col?

Col de la Grosse Pierre (255 m)

Le moment est maintenant venu de retourner dans la plaine.

Retour dans la plaine

Voilà! Notre second séjour dans la Drôme se termine. 11 sorties à vélo, 624 km parcourus, 54 cols, 12 863 m de dénivelé positif cumulé…

Cependant notre randonnée permanente "100 cols en Drôme" n'est pas terminée. Un troisième et dernier séjour sera nécessaire… Peut-être en octobre si, comme l'année dernière, la météo le permet.

En attendant nos nouvelles aventures dans la Drôme, retrouvez sur notre site la page qui récapitule tous les articles que nous avons consacrés à cette randonnée permanente.
➜ 100 cols en Drôme

Claude
Photos personnelles

lundi 21 avril 2014

AUTOUR DE GUMIANE (100 COLS EN DRÔME)

RANDONNÉE PERMANENTE DU CLUB DES CENT COLS

Retrouvez sur notre site la page 100 cols en Drôme, qui récapitule tous nos articles concernant cette randonnée (séjours d'octobre 2013, d'avril et d'octobre 2014).

Présentation succincte du parcours

Deux "aller-retour" pour un total de 21 km avec un D+ cumulé de 706 m.

4 cols franchis, tous en montée :
  • Col de Julliard (885 m)
  • Col du Geail (920 m)
  • Col de Pré-Guittard (914 m)
  • Col de la Pertie (972 m)

Le résumé de la journée…

Nous choisissons d'effectuer un faible kilométrage à cause d'un temps très menaçant… Mais ça n'empêche pas le dénivelé…

De plus, pour corser l'affaire, nous commençons par le col le plus dur de notre séjour : le Col de Julliard (alt. 885 m). Ni long ni très élevé, mais quelle pente!!! 301 m de dénivelé en 3 km!
Le calcul mettant en relation ces deux éléments donne 10% de pente moyenne. Mais ce n'est guère significatif, d'abord parce que la route est en mauvais état, ce qui rend l'ascension plus ardue. Mais surtout parce que la pente est très irrégulière. Ainsi, on trouve sur le final 1 km à 16,4% de moyenne, dont 200 m à 18-19%.

Pour info, ce col n'est pas sur le parcours de la randonnée permanente et nous ne l'avons fait que par curiosité! Ou par gourmandise?…

Panorama (nuageux) depuis le Col de Julliard (885 m)

Nous reprenons la voiture pour nous rendre à Gumiane. Nous aurions pu refaire le col de Lescou en vélo à partir de Bouvières pour nous y rendre. Mais le ciel ne nous inspire guère et notre objectif du jour est de grimper les cols du coin qui nous manquent, pas de refaire ceux qu'on a déjà montés…

Ayant laissé la voiture à Gumiane, nous montons vers le Col de Geail (920 m), atteint en moins de 2 km. Nous n'y voyons aucun panneau de col. Seul le catalogue du Club des Cent Cols nous permet de savoir que nous l'avons franchi.

Peu après, nous atteignons le Col de Pré-Guittard (914 m) qui, lui, est dûment repéré. Il y a même deux panneaux! L'un classique…

Marie-Ange au Col de Pré-Guittard (914 m)

L'autre plus rustique!

Col de Pré-Guittard (914 m)

Nous n'avons guère fait d'effort pour atteindre ce col, mais nous redescendons sur un gros kilomètre avant d'attaquer le 50e col de notre séjour, le Col de la Pertie. Comme nous faisons un aller-retour, nous aurons à remonter cela au retour.

Dans la montée vers le Col de la Pertie

Le Col de la Pertie (972 m) est aussi le 80e que nous franchissons sur le parcours de la randonnée permanente "100 cols en Drôme"!

Col de la Pertie (972 m)

Comme un symbole, nous remarquons un autocollant du Club des Cent Cols sur le panneau.

Col de la Pertie (972 m)

Pour revenir à Gumiane, nous franchissons donc une seconde fois, dans cet ordre, les cols de Pré-Guittard et de Geail. Puis c'est la modeste descente finale.

Gumiane

Nous voilà de retour à l'église de Gumiane et à la voiture…

Gumiane

De retour à Grâne, sous le soleil revenu, nous décidons de fêter notre 50e col du séjour : le Col de la Pertie… 50 cols en 9 jours, ça s'arrose! Avec une Clairette… "Ducol".

Arrosons le 50e col du séjour!

En effet, sur les conseils d'une commerçante, dans une supérette de Bourdeaux, nous avons acheté un carton de six bouteilles de Clairette… C'est après coup que nous avons découvert ce joli clin d'œil du hasard : cette clairette est produite par les frères "Ducol" (authentique!)…

A la bonne vôtre!

Claude
Photos personnelles

dimanche 20 avril 2014

COLS DE GRIMONE ET DE MENÉE (100 COLS EN DRÔME)

RANDONNÉE PERMANENTE DU CLUB DES CENT COLS

Retrouvez sur notre site la page 100 cols en Drôme, qui récapitule tous nos articles concernant cette randonnée (séjours d'octobre 2013, d'avril et d'octobre 2014).

Présentation succincte du parcours

Une boucle de 76 km avec un D+ cumulé de 1725 m.

4 cols franchis :
  • Col de Grimone (1318 m)
  • Col de la Croix-Haute (1176 m)
  • Col du Prayet (1197 m)
  • Col de Menée (1402 m)

Le résumé de la journée…

Quand nous nous garons à Mensac, peu après Châtillon-en-Diois, le thermomètre de la voiture indique -1° à l'extérieur… Nous ne regrettons pas d'avoir ressorti les vêtements d'hiver!

Mais pas question de renoncer! Ce jour, nous l'avons choisi exprès. Pas à cause du froid, naturellement. Non, c'est juste que c'est le dimanche de Pâques. Or sur la boucle que nous voulons faire, il y a un long tronçon de plus de 20 km sur la D 1075 (ex-nationale 75), bref, une route ordinairement très fréquentée. Pas d'autre solution si on veut franchir le Col de la Croix-Haute, qui est sur cette route. Pas d'autre solution non plus si on veut faire une boucle et engranger au passage le Col du Prayet, sur le versant nord du Col de Menée. Alors nous nous sommes dits — et ça s'est vérifié — qu'un dimanche matin et qui plus est le jour de Pâques, la circulation serait plus calme. Nous préférons affronter le froid plutôt qu'une circulation intense… Donc on y va!

Mensac : base de départ

Notre premier objectif est le Col de Grimone. Comme nous démarrons de Mensac, nous sommes partis pour 19 km d'ascension, avec un peu moins de 750 m de D+, soit 3,4% de pente moyenne, le dernier tiers étant sensiblement plus pentu.

Profil du Col de Grimone, depuis Châtillon-en-Diois

Très vite, nous abordons les Gorges des Gâts, longues d'une dizaine de kilomètres.

Gorges des Gâts

La route monte régulièrement le long du Bez, avec des pourcentages modérés sur toute la longueur des gorges.

Gorges des Gâts : le Bez

Nous tombons très vite sous le charme des paysages…

Gorges des Gâts

Sous le charme, on vous dit!

Cascade dans Gorges des Gâts

Sans un panneau qui nous signale le débouché du Rio Sourd, très apprécié, paraît-il, des amateurs de canyoning, nous ne l'aurions peut-être pas remarqué.

Gorges des Gâts : débouché du Rio Sourd

Par endroits, les falaises sont très impressionnantes.

Gorges des Gâts

Sur la fin, on enchaîne plusieurs petits tunnels, sortes de glacières où le froid est encore plus vif.

Gorges des Gats

Après les derniers tunnels, le paysage change. Nous approchons de Glandage.

Près de Glandage

Dans les environs de Glandage, nous aurions dû franchir un col supplémentaire, nommé Le Collet, mais il fallait s'écarter un peu de la route principale et nous n'avons pas su trouver l'embranchement. Nous avons dû passer à 500 m du col… sans le repérer!

Nous continuons, et bientôt, le Col de Grimone est en vue…

Col de Grimone en vue!

Avec ses 19 km, la montée au Col de Grimone (alt. 1318 m) restera la plus longue que nous ayons effectuée au cours de ce séjour dans la Drôme d'avril 2014.

Col de Grimone (1318 m)

Une fois franchi le Col de Grimone, un grand changement apparaît dans les paysages. Désormais, c'est un décor de haute montagne avec des sommets enneigés.

Panorama après le Col de Grimone

La descente jusqu'à la D1075 est brève, puis c'est l'ascension du Col de la Croix Haute (1176 m).

Col de la Croix-Haute (1176 m)

Jusqu'à Clelles, il n'y a pratiquement que de la descente ou du faux plat descendant pendant plus de 20 km. La vitesse procure une sensation de froid encore plus forte. Vivement que la route remonte pour qu'on puisse se réchauffer un peu!

A proximité de Clelles, nous quittons enfin la grande route et remontons vers le Vercors : un panneau nous apprend qu'il s'agit du Pas de l'Aiguille.

Pas de l'Aiguille

Ici commence la montée vers le Col de Menée. 12,9 km et 512 m de D+ soit environ 4,5% de pente moyenne.

Profil du Col de Menée, depuis la D75

Le passage le plus pentu se situe un peu avant le Col du Prayet (ou du "Prayer").

Col du Prayet (1197 m)

Après une brève pause pique-nique au Col du Prayet, il nous reste à terminer l'ascension pour franchir le col le plus haut du séjour : le Col de Menée.

En montant au Col de Menée

C'est l'un des deux ou trois cols routiers les plus hauts du département de la Drôme. Son altitude est double : 1457 m ou 1402 m selon qu'on est d'un côté ou de l'autre du tunnel.

Col de Menée (1457 m)

Entre l'entrée et la sortie du tunnel, on est sensé perdre 55 m de dénivelé… Ça me paraît énorme, mais je n'ai pas vérifié!

Le tunnel du Col de Menée (1402 m)

La descente est très longue : une vingtaine de kilomètres. Je m'arrête de temps en temps pour regarder à quoi ressemble le Col de Menée sur ce versant.

Col de Menée

Un peu plus bas, je m'arrête une dernière fois pour regarder derrière moi et prendre une ultime photo.

Le Col de Menée, aperçu au cours de la descente

Par la suite, je ne prends plus de photos car quelques gouttes de pluie nous font craindre de finir mouillés…

Nous retrouvons cependant la voiture à temps, avec 76 km au compteur et 1725 m de D+.

Claude
Photos personnelles