samedi 12 janvier 2013

TRÈFLES DE L'ÎLE-DE-FRANCE : LE TRÈFLE VERSAILLAIS

AUTOUR DE VERSAILLES (78) — 3 circuits — 260 km.
DU 30 DÉCEMBRE 2012 AU 12 JANVIER 2013

—> Sur notre site, la présentation et les liens au sujet des Trèfles de l'Île-de-France.

Le samedi 12 janvier 2013, sous la pluie, Marie-Ange et moi avons bouclé notre troisième Trèfle de l'Île-de-France: le Trèfle Versaillais, qui compte 260 km à parcourir en trois circuits.

Ce Trèfle Versaillais nous a moins séduits que les deux précédents. Beaucoup de ville sur le circuit n° 2, et surtout des conditions météorologiques défavorables lors des deux autres, avec un froid persistant lors du circuit n° 1 et une petite pluie fine pour le circuit n° 3, pourtant fait sur deux jours différents.

Pour tous ces circuits, le contrôle principal se fait à Versailles.

CIRCUIT n° 2 : 78 km
  • Contrôles: à Versailles, Les Alluets-le-Roi et Conflans-Sainte-Honorine
  • Date: dimanche 30 décembre 2012
Au départ de Versailles, en ce dernier dimanche de 2012, la foule se presse devant le château. Il n'est pourtant que 9h et la file d'attente serpente déjà interminablement devant le guichet. Nous préférons donc aller dans une boulangerie pour faire valider notre passage dans la ville royale. Tampons et viennoiseries en poche, nous prenons la route de Saint-Cyr-l'École. Ou plus exactement, une longue piste cyclable, malheureusement encombrée de feuilles mortes et de brindilles. Nous passons ensuite par Bailly, où nous avons une pensée pour nos amis du Vélo Club de Bailly-Noisy. Suit une traversée de la forêt de Marly, par les routes forestières humides, elles aussi jonchées de feuilles et de brindilles, sans oublier un peu de terre diluée... Les vélos ne seront pas propres à l'arrivée!

A l'occasion d'une halte "orientation", nous voyons s'arrêter des cyclos de Ville d'Avray... qui nous font profiter de leur connaissance des voies locales et nous aident à emprunter la bonne route forestière. Merci à eux!

Pause "casse-croûte" aux Alluets-le-Roi, devant un panneau indiquant "rue de la Plâtrière" (une pensée pour Isabelle). Le boulanger n'ayant pas son tampon sous le coude, le pointage se fera dans une jardinerie, dont la gérante semble avoir l'habitude de voir passer des cyclos chasseurs de tampons! A partir de là et jusqu'à Conflans-Sainte-Honorine, nous parcourons des routes qui nous sont totalement inconnues et nous traversons des communes dont nous ignorions l'existence: Benainvilliers, Morainvilliers, Bures, Marsinval, Vernouillet... Ah tiens! Chanteloup-les-Vignes! Ce nom-là en revanche me rappelle quelque chose! Il y a de la bosse par ici! Lieu d'au moins une célèbre course cycliste: le Trophée des Grimpeurs (anciennement dénommé la "Polymultipliée"). Un nom qui en dit long sur le dénivelé du coin.

Peu après, à Andrésy, nous prenons quelques photos, notamment un décor de Noël très inattendu à un tel endroit…

Bord de Seine à Andrésy
Après une petite erreur qui nous fait suivre une rive de l'Oise alors que nous espérions suivre la Seine, nous retrouvons le parcours et faisons tamponner notre carte de route dans une boulangerie de Conflans. Traversée de la Seine au Pont de Conflans.

La Seine à Conflans-Sainte-Honorine, vue du Pont de Conflans
Dès notre arrivée sur l'autre rive, nous apercevons un balisage pour cyclistes: direction Maisons-Laffitte. Ça tombe bien, c'est là que nous allons! Mais, surprise! Il s'agit en fait d'une voie vélo "Tous Chemins", autrement dit non goudronnée. En revanche, ça nous évite un sacré détour. Nous y allons donc malgré tout et nous traversons ainsi la forêt sur des allées certes praticables en "vélo de route", mais qui ajoutent cependant quelques petits souvenirs sur nos vélos. Décidément, ils ne seront pas propres à l'arrivée! Pas propres du tout!

A Maisons-Laffitte, petite séance de pose devant le château…

Le château de Maisons-Laffitte
Après cela, nous avons le choix entre: revenir sur nos pas pour reprendre le bon itinéraire ou traverser la Seine et suivre l'autre rive jusqu'au Pecq. C'est cette deuxième option que nous retiendrons. Tronçon peu intéressant. Je ne sais pas si c'était mieux de l'autre côté...

Depuis Le Pecq jusqu'à Versailles, il n'y aura pratiquement plus que de la ville. Après un nouveau franchissement de la Seine à Croissy (sur Seine), nous abordons une côte qui, à première vue n'a rien de particulier. Cependant ses caractéristiques s'avéreront exceptionnelles pour l'Île-de-France. Cette côte qui traverse Bougival puis la Celle-Saint-Cloud est longue de 3,8 km. Elle passe de l'altitude 26 à une altitude 172, soit près de 150 m de D+... Ce serait un excellent terrain d'entraînement avant d'aborder la moyenne montagne... s'il ne s'agissait pas d'une large avenue à quatre voies, avec des feux en cours d'ascension. Dommage!

A notre arrivée à Versailles, nous nous faufilons parmi les touristes, toujours aussi nombreux à vouloir faire la queue sur le parvis afin d'aller visiter le château. Nous avons juste le temps de faire quelques photos avant d'être priés de quitter les lieux car les vélos sont interdits à cet endroit. La photo ci-dessous est donc une photo rare!

Le château de Versailles
A noter qu'on ne peut pas entrer dans le parc avec son vélo. N'allez pas croire que c'est pour des raisons de sécurité ou pour préserver la tranquillité des promeneurs... C'est juste qu'une fois entré dans le parc du château, vous pouvez... louer un vélo pour vous balader dans le parc! CQFD!

A notre retour à la voiture, le compteur affiche 81 km au lieu des 78 prévus. Pas si mal pour un 30 décembre.

CIRCUIT n° 1: 84 km
  • Contrôles à : Versailles, Orgerus et Maule 
  • Date : mercredi 2 janvier 2013 
Pour ce circuit, le froid était au rendez-vous. Au hasard du parcours, nous avons reconnu quelques routes et quelques communes déjà fréquentées lors de randonnées effectuées en 2012, notamment les rallyes de Plaisir et de Bailly-Noisy: Villepreux, Neauphle-le-Vieux, Villiers-le-Mahieu, Thoiry...

A Thoiry, Marie-Ange ayant une faim de louve, nous avons fait une pause pique-nique. Malgré la belle lumière, nous avons fait assez peu de photos. Il faut dire que la fraîcheur de la température nous a incités à limiter les arrêts. Malheureusement, sur le retour, après le contrôle de Maule, Marie-Ange a été victime d'une crevaison. Lors de cet arrêt forcé, le froid nous a semblé si pénétrant que nous avons décidé de "couper" le fromage afin d'abréger les hostilités. Bref, nous avons pris un raccourci qui nous a permis de terminer avec 79 km au compteur, au lieu des 84 prévus. Mais c'est promis, lors du dernier parcours, nous ferons les kilomètres manquants…

Juste avant d'attaquer la descente de Villiers-Saint-Frédéric
Domaine de Béhoust
CIRCUIT n° 3: 98 km
  • Contrôles à : Versailles, Bruyères-le-Chatel et Saint-Arnoult-en-Yvelines 
  • Dates : vendredi 4 et samedi 12 janvier 2013 
Lors du précédent parcours, nous avions souffert du froid mais aussi de la distance. Plus de 80 km, c'est un peu long en cette période hivernale. Aussi, nous redoutions les dernier circuit du Trèfle Versaillais, long de 98 km. Deux solutions se présentaient: reporter la fin du Trèfle Versaillais aux beaux jours, ou couper le parcours en deux. C'est cette deuxième solution que nous avons adoptée. L'envie de finir ce que nous avions commencé a été la plus forte.

Nous avons décidé de commencer par la partie sud du circuit, avec un départ réel à Gometz-la-Ville. La météo n'annonçait pas de pluie en ce vendredi 4 janvier. Un petit crachin nous a cependant accompagnés sur les 64 km de cette première boucle. De quoi imbiber le fond de cuissard et provoquer cet agacement que connaissent bien les porteurs de lunettes...

Compensation sympathique, lorsqu'on roule en cette période de fête... qui se prolonge, nous avons profité des décorations de Noël encore en place. Première surprise amusée à Janvry, où nous avons rencontré une bande de six ou sept pères Noël. L'un dans une montgolfière, un autre perché sur une cabine téléphonique, etc.

Janvry
La photo ci-dessous nous montre le VRAI! Dans son traineau! (les autres ne sont que des imposteurs!)

Toujours Janvry
Un peu plus loin, sur la commune de Longvilliers, double surprise: d'abord le nom du hameau, "Bouc-Étourdi", qui nous a amusés. Ensuite, la plupart des clôtures de maisons étaient décorées à l'aide de cadeaux, guirlandes. Le décor le plus spectaculaire étant à l'entrée du lieu-dit.

Bouc-Étourdi (commune de Longvilliers) 
Nous avons effectué deux pointages sur ce tronçon, le premier à la Poste de Bruyères-le-Chatel, le second chez un charcutier-traiteur de Saint-Arnoult-en-Yvelines. C'est une envie de quiche à la tomate qui nous a orientés vers le traiteur! La charcutière s'est montrée particulièrement aimable. Elle nous a proposé de tiédir les quiches, nous a donné des serviettes, a deviné qu'on souhaitait un coup de tampon avant que je le lui demande, et nous a aussi offert à chacun une petite bouteille d'eau minérale. Il y a vraiment des gens sympas.

Le retour vers le nord commença par la traversée de la forêt de Rambouillet, sur la route de Bullion. De nombreux panneaux "chasse en cours" nous incitèrent à contenir notre envie de pousser des cris d'animaux... Après la côte de Ronqueux, nous avons quitté le parcours officiel pour rejoindre Gometz-la-Ville et la voiture, en passant par Boullay-Gare et les Molières.

Comme la météo annonçait de la pluie pour ce samedi 12 janvier, je ne pensais pas aller rouler. Quand Marie-Ange me dit: « Il ne pleut pas, on y va... », je suis perplexe. La météo se serait-elle trompée? Ça arrive souvent, alors pourquoi pas aujourd'hui.

L'épreuve du jour commence par un changement de pneu arrière sur le vélo de Marie-Ange, qui nous donne plus de mal que prévu. Puis départ en voiture pour Versailles. La boucle qu'il nous reste à parcourir fait une cinquantaine de kilomètres. Du côté de Vélizy, la pluie commence à tomber... Mise en action des essuie-glaces et conversation: on y va ou on fait demi-tour et on rentre à la maison? Personnellement, quand "la machine" est en route, il en faut plus que ça pour l'arrêter! Je dis à Marie-Ange: « Moi, j'y vais... Tu n'auras qu'à m'attendre dans la voiture! » Je reconnais que c'est sournois! Mais le résultat est là: on ne se dégonfle pas! On continue!... Tous les deux!... Il y a des fois où je me dis qu'on est complètement barjots!

Parmi les principaux points marquants du circuit, on relèvera la montée le long des arcades de Buc, la descente de Villiers-le-Bâcle, la côte de la Vacheresse... Ensuite, on quitte le circuit officiel pour refaire, en sens inverse, la jonction avec le retour que nous avions zappé une semaine plus tôt, par Les Molières et Boullay-Gare. Après nos retrouvailles avec le parcours du Trèfle, c'est la descente de Senlisse, puis Dampierre et les 17 Tournants, la côte de Port-Royal... Une erreur d'aiguillage du côté de Voisins-le-Bretonneux et Guyancourt nous fait parcourir quelques kilomètres de plus... Quand on est fou, on ne compte pas! Enfin si, un peu quand même, pour savoir où on en est! A l'arrivée, 53 km au compteur. Les pieds gelés, les mains gelées, les fesses bien au frais dans le cuissard mouillé... Mais contents! Mission accomplie: 117 km au total, au lieu des 98 requis. Les cinq kilomètres manquants lors du précédent circuit sont largement compensés. Trèfle Versaillais terminé. 260 km de mieux dans la musette!

Pour finir les Trèfles de l'Île-de-France, il ne nous reste plus que le Trèfle Adamois... Mais on va peut-être attendre un temps un peu plus clément...

Si vous n'y voyez pas d'inconvénient!

Claude

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire