dimanche 28 septembre 2003

WEEK-END VTT : GAMELLE TROPHY 2003

SILLÉ-LE-GUILLAUME, SARTHE
SAMEDI 27 ET DIMANCHE 28 SEPTEMBRE 2003


L'affiche officielle
Samedi 27 septembre

La journée commença mal... pour le chauffeur! Attendu à Limeil-Brévannes pour 8h15, il se présenta au départ à... 7h15! conformément à son ordre de mission. Inutile de dire qu'à cette heure-là, il n'a pas rencontré grand monde, vu que pour nous, le rendez-vous était à 8h30. Mais le chauffeur retrouva le sourire lorsqu'il découvrit la bande de joyeux lurons qu'il avait à convoyer!

Quand tout le monde fut prêt, Michel se mit au volant de la camionnette, et nous avons donné l'ordre au chauffeur de le suivre de près! Il n'était pas question de le laisser déjà s'échapper... et avec nos vélos, en plus!

Après un détour par Villecresnes pour récupérer nos partenaires de l'ASPTT Paris, une vingtaine de personnes environ, nous avons pris la route du Mans. Trajet sans histoire! Ou plutôt si! Avec des histoires, mais des histoires drôles, pour que le temps passe plus vite! Bref. Nous voilà donc bientôt rendus sur le lieu de nos futurs exploits!

Nous passerons la nuit à l'Abbaye de Champagne, un gîte et ferme auberge entre Le Mans et Sillé-le-Guillaume, sur la commune de Rouez-en-Champagne, qui n'est d'ailleurs pas du tout en Champagne, contrairement à ce qu'on pourrait croire. Non, nous sommes tout près des Alpes Mancelles... qui ne sont pas non plus dans les Alpes!... A ce propos, mon encyclopédie me permet de vous donner quelques précisions : les Alpes Mancelles, c'est l'autre nom des monts Coëvrons, au Nord-Ouest du Mans. Ces monts se trouvent à cheval sur la Sarthe et la Mayenne. Le haut sommet du coin, c'est le Signal des Avaloirs qui, du haut de ses 417 mètres est le point culminant du Massif Armoricain, ce qui explique que le relief de la région soit plutôt accidenté. Bon, d'accord, ce n'est pas le Jura, mais quand même! C'est plus vallonné que la Brie!

Si les noms du patelin et de la région semblaient venus d'ailleurs, en revanche, le menu du samedi midi était bien du pays! Que des produits du terroir, du vrai, de l'authentique! Soupe de légumes, rillettes, poulet et lapin en sauce, cidre, etc. Tout ou presque venait de la ferme-auberge, et c'était bien bon!

Dans l'après-midi, tout le monde manifesta le désir de partir en repérage. On n'était quand même pas venus là pour faire la sieste! On a donc préparé les vélos et en route pour une petite promenade digestive! Après 14 kilomètres sur route, et une première traversée de Sillé-le-Guillaume, nous arrivons sur le site de départ de la rando. Ces quatorze bornes furent suffisantes pour nous rendre compte que les côtes du coin, c'était pas du toc! Nous avons compris aussi qu'il vaudrait mieux, le lendemain, nous rendre au départ... en car et non en vélo comme nous l'avions d'abord envisagé!

En attendant la rando du dimanche, c'était bien sympa de retrouver sur la route toute cette marée jaune: les jaunes et verts de l'AS Brévannes, et les jaunes et bleus de l'ASPTT Paris. En tout, une grosse vingtaine de vététistes, avec en plus deux tandems!

Sur place, quelques belles surprises nous attendaient: courses de jeunes, animations, spectacles, démonstration de trial et autres acrobaties à vélo... C'était plus du cirque ou du music-hall que du vélo, mais c'était impressionnant. Nous avons pu également apprécier une petite séance d'autographes distribués par Laurence Leboucher, une vététiste sarthoise au palmarès prestigieux, avec notamment trois titres de championne d'Europe VTT et deux titres de championne du monde, l'un en VTT en 1998, l'autre en cyclo-cross en 2002. Merci à elle pour son poster dédicacé à l'intention de tous les cyclos et cyclotes de l'AS Brévannes!

Pendant que nous prenions du bon temps sur les routes sarthoises, quelques volontaires de l'ASPTT Paris ont profité de notre absence pour faire les courses pour tout le monde, afin d'assurer le repas du soir, le petit déjeuner du lendemain et le repas froid du dimanche midi. Ils ont tout prévu! Grand merci à eux! C'était royal!

Le site de départ
Dimanche 28 septembre

En dépit de certains ronflements intempestifs (je ne nommerai personne!), la nuit a fini par se terminer et, après les préparatifs qu'on imagine, le moment tant attendu est arrivé. Sous un petit crachin rafraîchissant, tout le monde a récupéré sa belle plaque de cadre rose avec son numéro, et une fois réunis les dix engagés de l'AS Brévannes, nous voilà partis! Michel Mordelet, Alain Desprez, Éric Pingard, Lionel Bouillaguet, Cyril (un copain de Lionel), Christophe Perdrisot, Sébastien Vétel, Éric Dénos, Gérard Guittet et moi (Claude Sintès).


Au départ, nous pensions bien effectuer les 50 km du circuit le plus long. En définitive, compte tenu de notre moyenne horaire et de l'heure du rendez-vous avec nos partenaires de l'ASPTT Paris, nous n'avons pu faire que 40 km! Mais la distance fut suffisante pour bien nous user, les uns et les autres. Moins de 12 km/h de moyenne, sans compter les arrêts: ce n'était pas le T.G.V.! Et pourtant on n'a pas musardé en chemin! A titre de comparaison, et pour permettre à nos amis routiers d'apprécier la difficulté de la Gamelle Trophy, au rallye du Plessis-Trévise, et sans vraiment se défoncer, nous avons fait 45 km à 21 km/h de moyenne. Mais c'était du grand plat bien roulant! En fait, sur les 40 km de la Gamelle, il y avait 990 mètres de dénivelé positif, ce qui est déjà costaud. Mais en plus, les descentes étaient dures, techniques, pleines d'ornières et de racines, ou bien trop raides pour pouvoir les jouer décontracté... Et les zones de terrain plat, me direz-vous? Eh bien, à part les deux ou trois kilomètres du début pour s'échauffer quand même un peu, il n'y avait pratiquement pas de portions plates ou alors, c'était de la "tôle ondulée", ou du terrain rocailleux, ou des bandes étroites avec des ornières de chaque côté et des racines au milieu! Bref, rien de vraiment roulant où l'on puisse relâcher un instant son effort. Il fallait sans cesse appuyer sur les pédales, tout en restant vigilant à cause des obstacles naturels permanents. Quant à la fin, une variante réservée aux “Gros Mollets”, avec une accumulation de creux et de bosses comme sur un parcours de bi-cross, permit à ceux qui en avait gardé un peu sous la pédale de finir de se vider les tripes.


En conclusion, ce fut une très belle rando, taillée sur mesure pour les costauds. Même Michel a trouvé que c'était dur, c'est dire! Et sur ce parcours exigeant, nous avons pu apprécier la forme et l'efficacité d'Alain, la force de Michel, la technique et le punch de nos petits jeunes, mais surtout, un qui nous a bien impressionnés, c'est le Gérard. On aurait dit qu'il avait fait du VTT toute sa vie. Ah, il ne faisait pas semblant le bougre! Même que dans une descente où tout le monde mettait pied à terre, on a bien cru qu'il allait la faire sur son vélo, lui. Un vrai chamois!

Au chapitre des grandes satisfactions de cette rando, il faut ajouter les paysages superbes et variés, quelques belles photos pour se souvenir, et surtout : ni crevaison, ni incident mécanique! En outre, passées les première minutes un peu humides, le temps fut bien plus favorable que prévu! Et on a même eu du soleil sur la ligne d'arrivée! (Il y en avait peut-être avant, mais je n'ai pas fait attention car j'avais le nez dans le guidon!) De plus, au premier ravito, les anciens du club ont eu la bonne surprise de retrouver leur copain Christophe, qui a fait la suite du parcours avec nous. Il faut dire qu'avec nos belles casaques jaunes et vertes, il n'a eu aucun mal à nous repérer, malgré le monde qui fréquentait l'endroit!

Naturellement, on a tous envie d'y retourner l'année prochaine pour tenter le 50 km, mais si on ne va pas plus vite que cette année, il faudra partir de bonne heure! En attendant, nous adressons nos remerciements les plus vifs à l'AS Brévannes pour le financement de cette magnifique excursion. Merci aussi à la municipalité pour le prêt du véhicule qui a servi à transporter les vélos. Un grand merci à nos partenaires de l'ASPTT Paris, dont nous avons beaucoup apprécié la compagnie. Et enfin, un immense merci à Michel qui, avec sa discrétion et son efficacité habituelles, a veillé à tout et s'est débrouillé comme un chef pour que cette sortie annuelle soit une totale réussite! Vivement l'année prochaine pour qu'on recommence!

Claude


Michel Mordelet et Gérard Guittet
Claude Sintès et Éric Pingard
Alain Desprez et Christophe Perdrisot
Lionel Bouillaguet et Sébastien Vétel
Éric Dénos

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire