dimanche 23 décembre 2012

TRÈFLES DE L'ÎLE-DE-FRANCE : LE TRÈFLE RAMBOLITAIN

AUTOUR DE RAMBOUILLET (78) — 4 circuits — 299 km.
DU 25 NOVEMBRE AU 23 DÉCEMBRE 2012


—> Sur notre site, présentation et liens au sujet des Trèfles de l'Île-de-France.

Comment faire des randonnées lorsqu'il n'y a plus de manifestations au calendrier de la ligue Île-de-France de la FFCT? Pas difficile! Il suffit de faire des randonnées permanentes. En cette fin d'automne et ce début d'hiver, les longues randonnées en mode voyage ne sont plus d'actualité. Mais la formule des Trèfles de l'Île-de-France convient parfaitement.

En cette période de l'année, la météo étant moins favorable, avec tantôt du froid vif, tantôt de la pluie ou encore du vent, nous avons opté pour le Trèfle Rambolitain, dont les circuits présentent des kilométrages très raisonnables: autour de 70 km pour trois d'entre eux, le plus long faisant 86 kilomètres.

CIRCUIT n° 2, 69 km
  • Contrôles à : Rambouillet, Dampierre et Briis-sous-Forge 
  • Date: dimanche 25 novembre 2012. 
  • Départ réel: Bullion. 
  • Toutes les photos
Comme pour le Trèfle Bellifontain, nous avons choisi le lieu de départ pour que le trajet en voiture soit le plus court possible. C'est ainsi que nous avons pris l'autoroute A10 jusqu'à la sortie n° 10 pour démarrer de Bullion. Avant même de commencer à rouler, nous avons pris quelques photos de l'église Saint Vincent, dont l'auvent est très particulier…

Église Saint Vincent de Bullion 
N'ayant commencé à rouler que vers 11h (nous avons été retardés par la découverte d'une crevaison lente juste avant de charger les vélos sur la voiture), c'était déjà l'heure du déjeuner lorsque nous sommes arrivés à Rambouillet. Nous avons d'abord fait tamponner notre carte de route à l'Office de Tourisme, in extremis car l'hôtesse a fermé juste après notre passage. Achat de tartes chaudes chez un traiteur local et pique-nique devant le château de Rambouillet... Malgré le fond de l'air un peu frais, ce fut un moment bien agréable sous une lumière magnifique.

Pique-nique devant le Château de Rambouillet 
La suite du parcours traverse la forêt de Rambouillet, par de jolies routes forestières, dont l'une au nom qui pourrait paraître inquiétant, la Route Forestière de Coupe Gorge! Ce nom provient du nom d'un étang: l'étang de Coupe Gorge. Rien à voir avec un taux de criminalité élevé! L étang coupe la petite vallée en deux, autrement dit il "coupe la gorge" tout simplement. Je soupçonne malgré tout les gens qui ont baptisé ainsi cet étang d'avoir volontairement et malicieusement suggéré un peu de mystère et de menace…

Forêt de Rambouillet
En fait, l'étang de Coupe Gorge fait mentir son nom. C'est un lieu paisible, très apprécié des pêcheurs.

Étang de Coupe Gorge
Après un petit crochet par Auffargis et Les Essarts-le-Roi, nous arrivons à Dampierre où se situe le deuxième contrôle. Nous allons voir s'il est possible de faire tamponner nos cartons, mais un jeune gardien nous informe que c'est fermé car Madame la Comtesse réside en ce moment en son château! Il nous laisse cependant franchir la grille pour prendre quelques photos... Puis nous allons faire valider notre passage dans une boulangerie... La boulangère a l'air d'avoir l'habitude detamponner. Il faut dire que Dampierre figure sur la liste des sites BPF (Brevet des Provinces Françaises de la FFCT).

Château de Dampierre
Sur ce parcours, nous n'empruntons pas les célèbres "17 tournants"... La plus belle côte du circuit, ce sera pour un peu plus tard. Nous arrivons bientôt à Chevreuse, où nous photographions de loin le Château de la Madeleine. Non! Nous ne grimperons pas non plus la très sévère côte de la Madeleine!

Chevreuse, Château de la Madeleine
Bon, je vais arrêter de faire la liste de toutes les côtes que nous n'avons pas grimpées! La belle côte, la voilà! Il s'agit de la côte de la Forêt Départementale de Méridon, entre Chevreuse et Boullay-les-Troux. Une découverte pour moi, et pourtant j'en connais pas mal dans le coin…

Sommet de la côte du Bois de Méridon
Arrivés sur le plateau, nous sommes confrontés au vent, qui s'est levé. Le temps s'est couvert et la sensation de fraîcheur s'est renforcée. Et la côte a un peu entamé les forces de Marie-Ange. Du coup, le plaisir de rouler n'est plus aussi évident sur cette portion du parcours! Après Les Molières et Roussigny, heureusement, le soleil réapparaît et nous arrivons à Briis-sous-Forge pour découvrir un marché de Noël avec diverses animations. Pendant que Marie-Ange cherche un lieu où faire une dernière fois tamponner nos cartons, je reste sous le charme d'un petit orchestre qui joue du Brassens en jazz!

Contrôle à Briis-sous-Forge : des musiciens jouent "Les Copains d'abord" en jazz
Quand je rejoins Marie-Ange, je découvre qu'elle a dégotté un "ravito" sympa! Les jeunes de la MJC vendent des crêpes... Ça fait du bien un petit goûter chaud! Comme une animatrice de la MJC a bien voulu jouer du tampon pour satisfaire notre collecte, nous repartons cartes de route et ventres pleins! Cette halte fait partie des bonnes surprises qu'on a régulièrement sur les randonnées permanentes. C'est d'autant plus agréable quand c'est totalement inattendu!

Le retour à Bullion se fera sans autre événement notable.

CIRCUIT n° 1, 72 km
  • Contrôles à : Rambouillet, Faverolles et Montfort-l'Amaury. 
  • Date : samedi 1er décembre 2012. 
  • Départ réel: Montfort-l'Amaury. 
  • Pas de photos. 
Je m'étendrai pas sur ce circuit, bien que nous l'ayons fait sous un grand soleil. L'oubli des appareils photos à la maison nous prive d'images…

Parmi les détails notables, je citerai un froid plus marqué que la semaine précédente… Moins vif cependant que le lendemain, jour du Rallye du Métro sur routes verglacées.

La traversée de la forêt de Rambouillet, en grande partie sur piste cyclable... En dehors de brefs arrêts pour les contrôles, du pique-nique à la Boissière-École et d'un arrêt "tampon-boulangerie" à Faverolles, nous avons préféré rouler, histoire de ne pas geler sur pied! Donc un parcours effectué en mode "entraînement" beaucoup plus que "cyclotouristique"…

CIRCUIT n° 3, 72 km
  • Contrôles à : Rambouillet, Gallardon et Nogent-le-Roi. 
  • Date : samedi 8 décembre 2012. 
  • Départ réel : Rambouillet. 
  • Toutes les photos
Pour ce circuit, qui s'invite pour une petite incursion en Eure-et-Loir, nous prendrons le départ de Rambouillet. Contrôle à l'Office de Tourisme, puis traversée du marché... Cette fois, nous n'avons pas oublié les appareils photos, mais le temps gris ne nous encouragera pas à mitrailler, sauf à Esclimont, dont le château du XVIe siècle nous a inspirés.

Château d'Esclimont
A Gallardon, chasse au tampon. L'Office de Tourisme étant fermé en cette saison, après un petit détour pour photographier la Tour de l'Épaule, nous nous rabattons sur une boulangerie. On joint ainsi l'utile à l'ag... à la gourmandise!

Tour de l'Épaule, à Gallardon, vestige d'un donjon médiéval
Pour quitter Gallardon, quelques difficultés... La feuille de route indique un numéro de départementale (D18) et une destination (Armenonville-les-Gâtineaux) mais, je ne sais pas si vous avez remarqué, les panneaux en ville indiquent très rarement les numéros de routes. Et pas toujours les villes ou villages qui figurent sur les feuilles de route... Bref, après exploration de quelques routes, une côte gravie deux fois, et plusieurs demi-tours, nous avons fini par retrouver le parcours...

A Maintenon, nous avons photographié l'aqueduc qui traverse la vallée de l'Eure, un ouvrage qui n'a jamais été terminé. En cliquant sur le lien ci-dessus, vous en saurez plus sur cette construction à l'histoire étonnante.

L'aqueduc de Maintenon, tombé en ruines sans jamais avoir été terminé! 
A Nogent-le-Roi, halte tampon-boulangerie-pique-nique... Pour le pique-nique, ça se passe debout dans une ruelle, à côté de la boulangerie, car il fait franchement froid et nous n'avons pas vraiment envie de nous attarder ni même de chercher un endroit plus agréable.

Le retour vers Rambouillet nous donne l'occasion d'utiliser notre expérience récente de touristes à vélo! En effet, au lieu de suivre le parcours du Trèfle, nous traversons le parc du Château de Rambouillet, suivant un itinéraire découvert avec notre guide lors de notre "Flânerie" en Yvelines* (voir le récit sur ce blog). Ce petit raccourci compensera les kilomètres en trop effectués aux abords de Gallardon…

CIRCUIT n° 4, 86 km
  • Contrôles à : Rambouillet, Chamarande et Dourdan. 
  • Date : dimanche 23 décembre 2012. 
  • Départ réel : Mauchamps. 
  • Toutes les photos
Nous avions gardé le plus long pour la fin. Nous attendions à la fois une meilleure forme physique, fruit de l'entraînement, et un temps plus doux car les heures de selle, par temps très froid, pèsent plus lourdement sur les organismes. Mais en ce dimanche, si la température s'est avérée beaucoup plus douce, le temps gris n'a pas favorisé les belles photos. La première, cependant, a été prise à Mauchamps, dès le départ, les décorations de Noël aux abords de l'église ayant retenu notre attention.

Mauchamps
Dans la première partie du circuit, le vent, le plus souvent latéral, a rendu le parcours exigeant. A peine sortis du village de Mauchamps, nous nous arrêtons photographier les drapeaux à l'entrée du site logistique des "Mousquetaires". Sur la photo, il manque naturellement le mouvement et le bruit (claquement des drapeaux et sifflement du vent)! Ainsi dès le départ, nous étions prévenus: Éole avait décidé de participer à la balade!

Mauchamps: des drapeaux qui claquent au vent!!! 
Entre Mauchamps et Torfou, vent latéral. Bien tenir son guidon! Entre Torfou et Chamarande, vent de face! Baisser la tête et bien appuyer sur les pédales! Sans être vraiment inquiet, je me suis quand même dit que, vue l'orientation du parcours, nous risquions d'avoir une bonne partie des 86 kilomètres avec ce vent latéral assez crispant. Physiquement, c'est moins dur que de pédaler face au vent. Mais nerveusement, c'est plus usant car il faut rester vigilant si on ne veut pas être brutalement déséquilibré par une rafale...

Heureusement, après la descente vers Chamarande, il s'avère que dans la vallée de la Juine, on est beaucoup moins exposé et moins secoué que sur le plateau.

Château de Chamarande
Après le pointage au château de Chamarande, le parcours emprunte deux belles "bosses" du 91: la montée de Chauffour-lès-Étréchy, puis celle de Villeconin. Et sur le plateau, le vent! Les cuisses travaillent et travaillent encore! Pour ceux qui n'en seraient pas convaincus, je le confirme: le cyclotourisme, c'est bien du sport!

Nouveau pointage au château de Dourdan, décoré comme un arbre de Noël! Tapis rouge pour les visiteurs... Nous en profitons pour jouer les stars des podiums et nous photographier mutuellement devant ce décor historico-festif!

Château de Dourdan
Comme l'appétit vient en roulant, nous nous offrons une pause déjeuner à Sonchamp. Il nous reste quelques kilomètres à affronter le vent latéral... Puis nous bénéficierons de l'abri de la forêt de Rambouillet.

Sur le retour, par Clairefontaine, Rochefort-en-Yvelines, Saint-Cyr-sous-Dourdan, le vent se fait oublier ou il nous est favorable.

Deux nouvelles difficultés nous sont ensuite proposées, la première avant d'arriver à Saint-Chéron et la seconde pour en ressortir. Ça monte, ça monte à Saint-Chéron!

Après Souzy-la-Briche, nous ferons un dernier arrêt à Saint-Sulpice-de-Favières pour jouer un peu avec les décorations de Noël sur le parvis de l'église Saint Sulpice. Pause et poses... Le décor me donne une idée de photo pour le site: Joyeux Noël! Marie-Ange pose auprès des rennes confectionnés en bûches et rondins. Un petit bout d'chou de trois quatre ans passe à ce moment-là avec sa famille, en chantant: « Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'Hiver! »

Je lui dis: « Tu ne préfèrerais pas chanter "Mon beau sapin" ou "Douce Nuit"? Parce que le vent d'hiver, merci, j'en ai eu assez pour aujourd'hui! »

Saint-Sulpice-de-Favières (Essonne): décorations de Noël devant l'église
La fin du parcours est proche. Plus qu'une ultime ascension, Saint-Sulpice étant dans le vallon et Mauchamps, terme du circuit, juste au-dessus sur le plateau.

Le temps est resté gris toute la journée. Mais le plaisir d'avoir bouclé ce Trèfle Rambolitain avant Noël, c'est comme une guirlande lumineuse sur le sapin. 299 km au total! Rouler autant à cette période de l'année, je crois que ça ne m'était jamais arrivé. Comme quoi, les Trèfles de l'Île-de-France, ça peut être une excellente motivation!

Claude
Photos Claude et Marie-Ange

1 commentaire:

  1. Annie Zannier (CoDep 78)15 décembre 2013 à 15:55

    Votre reportage concernant le Trèfle Rambolitain est intéressant et j'ai pu reconnaître des sites où nous passons fréquemment:
    L'église de Bullion très identifiable avec son caquetoire, l'étang de Coupe-Gorge où nous étions passés, le château d'Esclimont devenu maintenant un hôtel de luxe, l'épaule de Gallardon, vestiges de la guerre de Cent Ans, période très trouble et bien sombre pour notre région; l'église et le centre de la bourgade sont aussi à voir (il y a à proximité de l'église un bon boulanger pour les gourmands).
    Dommage que nous n'étions pas ensemble car nous connaissons bien le village d'Armenonville-les-Gâtineaux, il faut aussi le voir à la belle saison, avec les fleurs.
    Maintenon se caractérise avec cet aqueduc mais la visite du château est aussi intéressante et l'on peut y voir les plans de ce projet d'aqueduc qui devait diriger les eaux de l'Eure vers Versailles... tout en passant non loin de chez nous !
    Par contre j'avoue que je connais moins le circuit en Essonne, ce ne sont pas nos routes habituelles.

    Encore quelques mots:
    - Dans le centre de Gallardon, on peut admirer quelques maisons fort anciennes, à pans de bois.
    - En quittant Gallardon, pour aller à Armenonville-les-Gâtineaux, il ne faut pas remonter sur le plateau mais rester dans la vallée, une agréable petite route longe la rive droite de la Voise (qui se jette dans l'Eure à Maintenon). Vous trouvez alors Armenonville puis Houx, avant d'arriver à Maintenon, tout près de l'aqueduc.

    RépondreSupprimer