mardi 12 août 2014

GRAND AS DU BALLON D'ALSACE!

BREVET DE GRIMPEUR DU BALLON D'ALSACE
RANDONNÉE PERMANENTE DES CYCLOTOURISTES BELFORTAINS

Le Ballon d'Alsace (1248 m) se situe aux confins de quatre départements : le Territoire de Belfort, la Haute-Saône, les Vosges et le Haut-Rhin.

Le Col du Ballon d'Alsace (1165 m) a été emprunté pour la première fois par le Tour de France dès 1905. Ce fut d'ailleurs un moment historique car c'était le tout premier col franchi au cours d'un Tour de France et c'est René Pottier qui l'a passé en tête, exploit qu'il renouvela l'année suivante. Non loin du col, une stèle commémore les prouesses du premier "meilleur grimpeur" du Tour, titre qui lui a été attribué malgré son abandon quelques jours plus tard et selon des critères bien différents de ceux qui ont cours de nos jours.

Stèle René Pottier
Pour atteindre le Col du Ballon d'Alsace, on peut partir de Belfort, de Saint-Maurice-sur-Moselle (Vosges) ou de Sewen (Haut-Rhin).
  • Depuis Belfort : 28 km de route, dont 12 ou 13 d'ascension.
  • De Saint-Maurice-sur-Moselle : 9 km d'ascension à 7% de moyenne. C'est la montée historique, celle du Tour de France 1905. Pentue mais régulière.
  • De Sewen : 13 km dont les deux premiers quasiment plats si on suit la D466. Pente moyenne légèrement supérieure à 5%, mais beaucoup plus irrégulière que la précédente.
  • Variante depuis Sewen : 17 km par la route forestière qui suit au départ la vallée du Doller et passe par le Col du Hirtzelach (930 m).
Plus d'info sur Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Col_du_Ballon_d'Alsace

Col du Ballon d'Alsace (1165 m)
LA RANDONNÉE PERMANENTE

Les Cyclotouristes Belfortains (CTB) proposent une randonnée appelée Brevet de Grimpeur du Ballon d'Alsace (ou BGBA). L'épreuve consiste à grimper au Ballon d'Alsace depuis les trois accès : Belfort, Saint-Maurice et Sewen, soit 102 km pour 2130 m de D+. Si on y parvient, on devient un As du Ballon d'Alsace!
Une option "route forestière" permet d'ajouter une quatrième montée, celle qui, démarrant de Sewen, passe par le Col du Hirtzelach : 132 km pour 2900 m de D+. On devient alors un "Grand As"! C'est l'option que j'ai choisie…

Profil 4 montées!
Plus d'infos sur le site des Cyclotouristes Belfortains : http://www.cyclobelfort.fr/spip.php?rubrique30

APERÇU DE MON PARCOURS

Première montée

Parti de Belfort ves 7h15, sous un ciel assez morose, je n'ai pas pris de photos jusqu'à mon arrivée au sommet 1h45 plus tard. J'ai cependant apprécié de jolies vues, de jolis paysages, des petits torrents appelés "gouttes", des arbres majestueux… Au retour, j'en photographierai quelques uns, qui bénéficieront alors d'une meilleure lumière.

Le Ballon essaye de sortir de la brume…
Il fait frais quand j'arrive au sommet, aussi je me couvre rapidement. Je fais tamponner ma carte de route dans l'établissement qu'on voit sur la photo ci-dessus, avant d'aborder la première descente, longue de 9 km.

Deuxième montée

Après pointage dans une boulangerie de Saint-Maurice-sur-Moselle, j'attaque la seconde montée. Une magnifique toiture retient mon attention…

Saint-Maurice-sur-Moselle
Sur ce versant vosgien, à chaque kilomètre, des panneaux nous permettent de nous situer : altitude, distance restante, pente…

Panneau "Col du Ballon d'Alsace"…
La pente régulière, toujours autour des 7%, me convient bien. J'adopte mon allure de croisière. A mi-parcours, un cyclo me double et me salue. Je prends sa roue pendant un bon moment. J'aurais pu le suivre jusqu'au sommet mais je sais qu'il me reste deux ascensions "à suivre", alors j'en reviens à mon rythme "longue durée"… Il faut en garder sous la pédale!

Je ne m'attarde pas au sommet où il fait toujours un peu frais et je pars à la découverte du versant alsacien… En descente pour le moment. Une des plus belles vues de ce versant : le lac d'Alfeld.

Lac d'Alfeld, dans la descente vers Sewen
Troisième montée

A Sewen, je vais pointer à La Poste, je fais un petit tour du village où je ne vois pas de commerce, puis je repère le début de la quatrième montée, près de l'église et de la fontaine… Ça me servira tout à l'heure.

Sewen vous accueille…
Pour déguster la quiche que j'ai achetée à Saint-Maurice (principe de précaution!), je préfère commencer l'ascension et je trouve une table de pique-nique tout près d'un abreuvoir rustique!

En tenue du Brevet des 7 cols de l'Ubaye…
Deux couples de Niçois arrivent peu après pour pique-niquer au même endroit. Ils me demandent de les photographier ensemble et j'en profite pour obtenir à mon tour un cliché souvenir!

Puis je reprends l'ascension. Personnellement, c'est celle que j'ai trouvée la plus dure, sans doute parce que la pente est beaucoup plus irrégulière que sur les autres versants. C'est aussi celle où l'on trouve les pourcentages les plus élevés, parfois jusqu'à 10-12%.

Sur la fin de cette ascension, on rejoint la route qui vient de Belfort, où j'ai déjà quelques repères. Je photographie le Ballon d'Alsace, un peu plus dégagé que lors de mon premier passage matinal.

Le Ballon d'Alsace
Et me voilà déjà un "As du Ballon d'Alsace", avec mes trois ascensions réussies. Mais je n'ai pas l'intention d'en rester là! Je me sens capable de monter une quatrième fois… A condition cependant de refaire le plein! Comme je n'ai pas vu de possibilité de me ravitailler à Sewen, je profite des commerces installés près du Ballon et m'offre une tarte aux myrtilles et une boisson fraîche. Puis je me couvre et je redescends à Sewen.

Peu avant d'arriver au bas de la descente, une rencontre plaisante : je croise Thibaut Pinot, 3e et meilleur jeune du dernier Tour de France, qui s'apprête donc à attaquer la montée… Je ne suis pas totalement surpris car je sais qu'il habite dans le coin et que ce sont ses routes d'entraînement. Cette rencontre me donne le sourire et me fait penser que la dernière montée s'annonce sous les meilleurs auspices.

Quatrième montée

Une fois à Sewen, je me découvre une nouvelle fois et j'entame la dernière montée, par la Route de la Fennematt qui longe la Doller. Le cadre forestier est très agréable et la route très tranquille.

Vallée de la Doller
Au début, la route est en parfait état.

Route de la Fennematt
En revanche, à partir du début du Chemin du Hirtzelach, le revêtement est souvent dégradé et il a même disparu à certains endroits.

État de la route au Col du Hirtzelach
Col du Hirtzelach (930 m)
Après le passage du col, la route, au revêtement très incertain, descend en pente douce pendant un peu plus de trois kilomètres, tout en dépassant les 100 m de dénivelé négatif, un dénivelé qu'il faudra donc remonter par la suite. On rejoint la D466 à hauteur du Grand Langenberg. Ensuite, le final est identique à celui de la montée précédente.

Sur la fin de la montée, j'aperçois deux cyclos en point de mire. J'accélère, "pour voir", et je suis agréablement surpris de constater que les jambes tournent encore bien. Je les rejoins en arrivant devant la Maison du Tourisme du Ballon d'Alsace. Je fais ensuite demi-tour pour revenir au monument qui rend hommage aux démineurs, et je demande à quelqu'un de me prendre en photo. Premier cliché d'un nouveau Grand As du Ballon d'Alsace!

Souvenir des 4 montées réussies
Pour fêter ça, je m'offre une nouvelle boisson fraîche, je me couvre une dernière fois, et c'est reparti pour les 28 derniers kilomètres : 12 ou 13 km de descente, suivis d'un très long faux-plat descendant…

Dans la descente, je m'arrête pour prendre quelques photos…

La Goutte Boileau
Le Saut de la Truite
Bien que j'aie l'impression d'avoir les genoux qui se rouillent pendant la descente, quand il me faut de nouveau pédaler, le rythme est bon. J'enroule cependant sans trop forcer car je redoute quand même un peu les quelques centaines de mètres de remontée qui m'attendent sur la fin. Mais ça se passe bien. Et c'est l'arrivée à Belfort, avec 132 km au compteur et 2943 m de D+ selon le GPS.

Quel plaisir d'avoir réussi ce défi et de devenir un Grand As du Ballon d'Alsace!

Claude
Photos personnelles

—> Toutes mes photos sur Flickr

Le diplôme
PS : J'en profite pour remercier les Cyclotouristes Belfortains pour ce superbe Brevet de Grimpeur, et saluer quelques-unes de leurs féminines que j'avais eu le plaisir d'accueillir et de guider sur les routes d'île-de-France puis dans les rues de la capitale lors de Toutes à Paris en septembre 2012.

1 commentaire: