lundi 1 avril 2013

TRÈFLES DE L'ÎLE-DE-FRANCE : LE TRÈFLE ADAMOIS

3 CIRCUITS AUTOUR DE L'ISLE-ADAM (95) — 255 km.
ENTRE LE 23 MARS ET LE 1er AVRIL 2013


—> Sur notre site, présentation et liens au sujet des Trèfles de l'Île-de-France.

Nous espérions boucler le Trèfle Adamois pendant les vacances scolaires de Marie-Ange, au cours de la première quinzaine de mars. On ne fait pas toujours ce qu'on veut! La grippe de Marie-Ange, puis la fatigue qui s'en est suivie, et enfin la neige ont eu raison de notre détermination. Courageusement, nous avions tout de même fait le déplacement jusqu'à L'Isle-Adam le jeudi 14 mars. Mais après les chutes de neige de l'avant-veille (mardi 12), qui avaient provoqué de nombreux blocages sur les routes du Nord de l'Île-de-France (entre autres!), la situation ne s'était complètement rétablie que sur les grands axes. Les petites routes du Val d'Oise, au nord de Cergy-Pontoise, restaient dangereuses, avec par endroits la moitié de la chaussée encore enneigée. Après une brève tentative d'environ 2 km, nous avons préféré renoncer. Marie-Ange ayant déjà chuté à cause du verglas lors du rallye de Versailles-Satory, il nous a semblé réellement imprudent de poursuivre.

Le château Conti à L'Isle-Adam
Ce n'était que partie remise. Le samedi 23 mars, notre seconde tentative fut la bonne. Et une fois ce premier circuit terminé, nous avons profité du week-end de Pâques pour boucler notre dernier Trèfle de l'Île-de-France, le Trèfle Adamois, un trèfle à "trois feuilles" pour un total de 255 km. C'est le plus court des quatre trèfles en kilométrage, mais aussi le plus vallonné, avec un dénivelé positif cumulé d'environ 1890 m.

Pour être complet sur les circonstances de cette randonnée permanente, il est bon de préciser que nous avons réalisé ces parcours par temps franchement froid — autour de 0°, voire des températures négatives au moment du départ, et pas beaucoup plus par la suite! —, avec du vent d'est ou de nord-est, souvent assez soutenu, et avec une côte cassée pour Marie-Ange! Elle a eu beau me dire que ça la gênait peu ou pas du tout pour pédaler, ce genre de blessure génère toujours une certaine tension nerveuse et une fatigue supplémentaire qui ont rendu son trèfle encore plus difficile pour elle. Le Trèfle Adamois, c'est du cyclotourisme SPORTIF, même en parfaite santé!!! Alors avec une blessure et une condition physique altérée, il faut le faire! Je lui adresse un grand coup de chapeau!

L'Oise à L'Isle-Adam
CIRCUIT n° 1 : 78 km - D+ 750 m
  • Contrôles à : L'Isle-Adam, Nucourt et Hénonville 
  • Date : Samedi 23 mars 2013
  • Départ réel : L'Isle-Adam
  • Toutes les photos
Marie-Ange au départ de L'Isle-Adam : l'Oise 
Ce circuit commence par deux côtes aux pentes sévères, la première dès que l'on quitte Parmain (commune seulement séparée de L'Isle-Adam par l'Oise), la seconde au niveau de La Naze.

Le moulin de La Naze
Les autres côtes du parcours (Lavilletertre, Berville, etc.) ne présentent pas des pourcentages aussi élevés. Mais au final, sur l'ensemble des Trèfles, c'est à mon avis le circuit qui a le plus fort dénivelé positif rapporté au nombre de kilomètres. Un très beau parcours d'entraînement pour qui veut enchaîner les bosses.

Un détail symbolique: une fois ce circuit bouclé, ça nous fait 1000 km tout ronds, parcourus sur les Trèfles de l'Île-de-France! De quoi avoir le sourire!

Claude devant le château d'Hénonville
CIRCUIT n° 2 : 76 km - D+ 540 m
  • Contrôles à : L'Isle-Adam, Bornel et Chantilly (Oise)
  • Date : Samedi 30 mars 2013
  • Départ réel : L'Isle-Adam
  • Toutes les photos
Particularité de ce circuit: la présence de Damien qui, souhaitant rouler trois jours de suite afin de commencer à préparer l'Ardéchoise en 4 jours (en juin prochain), nous a demandé s'il pouvait nous accompagner afin de ne pas rouler seul ce samedi, ce que nous avons accepté avec plaisir.

Ce parcours propose un dénivelé positif total inférieur aux deux autres circuits du Trèfle Adamois, mais passe en revanche par la côte réputée la plus dure du Val d'Oise, la Côte des Princes, à Viarmes (description ou autre description): 2,5 km au total, dont 600 m à 12%, avec des passages à 13% (et même 17% si l'on en croit certains documents) ! Une côte qui m'inspirera quelques plaisanteries douteuses à propos de "côtes cassées" et de "côtes pas cassées", de "Côte des Princes" et de "Côtes des Princesses"... Heureusement pour moi, malgré le froid et la fatigue, la princesse à la côte cassée n'avait pas perdu son sens de l'humour…

Marie-Ange et Damien en haut de la Côte des Princes
Côté tourisme — et je ne cite que les lieux les plus marquants — nous avons pu apprécier une nouvelle fois le magnifique château de Chantilly, déjà vu lors du rallye "de selle en selle" (ou Maisons-Laffitte - Chantilly - Maisons-Laffitte), les vastes étangs de Commelles avec le pittoresque château de la Reine Blanche, la Forêt de Carnelle, dont fait partie la Côte des Princes... Tout cela mérite largement le déplacement, et même le plaisir d'y revenir!

Le château de Chantilly
A l'arrivée, malgré le froid et la grisaille persistants, malgré un pique-nique un peu bâclé pour éviter de geler sur place, Damien avait l'air d'avoir apprécié la balade. Quant à Marie-Ange et moi-même, nous étions certes satisfaits mais nous avions déjà la tête au circuit suivant: le dernier, prévu pour le surlendemain!

De retour à L'Isle-Adam
CIRCUIT n° 3 : 101 km - D+ 670 m
  • Contrôles à : L'Isle-Adam, Moisselles et Ermenonville (Oise)
  • Date : Lundi 1er avril 2013
  • Départ réel : L'Isle-Adam
  • Toutes les photos
En ce lundi de Pâques, le froid (-3° en quittant Créteil) et le vent (Tamétéo.com annonçait dans le Val d'Oise des vents entre 30 et 40 km/h) ne donnaient pas envie de s'élancer pour plus de 100 km de randonnée "non fléchée", c'est-à-dire avec de nombreux arrêts "orientation". Heureusement, le soleil très présent et lumineux a fait fondre nos dernières hésitations.

Nous devions d'abord parcourir un peu plus de 50 km, de L'Isle-Adam à Ermenonville, en roulant vers l'est, parfois le nord-est, avec vent défavorable. C'est long 50 km face au vent! Heureusement, dans les nombreuses côtes du parcours, le vent se faisait moins sentir. Et nous avions la consolation de penser que nous l'aurions dans le dos au retour! Ce qui fut le cas!

Dès la sortie de Mériel, nous avons attaqué une longue côte qui s'est poursuivie jusqu'à Villiers-Adam. Là, nous avons connu une petite difficulté d'orientation. C'est un passant qui nous a aimablement indiqué la direction de Béthemont, ce qu'aucun panneau n'avait daigné faire!

Coin de campagne, en bordure de forêt, entre Chauvry et Bouffémont
Aucune nouvelle difficulté jusqu'au "pointage-boulangerie-ravito" de Moisselles…

A Attainville, heureusement que j'avais des explications supplémentaires données par Bernard Mareuil (l'organisateur) : il faut traverser le village, se diriger vers la Francilienne (qui n'est pas indiquée) et, une centaine de mettre avant d'y arriver, prendre sur la droite une piste cyclable qui ressemble davantage à un chemin agricole bétonné qu'à une "voie vélo". Ne pas prendre la première piste bétonnée à gauche (un panneau indique qu'elle va vers Belloy), mais la seconde qui va vers Villiers-le-Sec (mais là, il n'y a pas de panneau!). On prend ensuite la direction de Mareil-en-France, bien que ce ne soit pas indiqué sur la feuille de route (parce qu'on ne traverse pas réellement ce village). Et on finit par retrouver la direction de Chatenay-en-France! Ouf!

Piste cyclable à travers champs, après Attainville
Autre difficulté d'orientation à Vémars, où j'ai vu des panneaux, mais pas ceux que je cherchais! En arrivant dans le centre, on coupe une route. Des panneaux nous indiquent que, si on tourne à gauche, on va à Survilliers — ce n'est pas ça! — , si on tourne à droite, on va à Mauregard — ce n'est pas ça non plus! —. Et tout droit? Mystère! En fait, c'est la direction de Moussy-le-neuf... qu'il ne faut pas prendre non plus!!! En fait, une cinquantaine de mètres après ce carrefour, il faut prendre à gauche, une petite route, qui s'avère très vite complètement défoncée! Elle mène à Plailly, ce que nous avons su grâce à des riverains qui avaient eu la bonne idée de prendre le frais sur le trottoir!!!

« Encore heureux qu'il ait fait beau... », comme chantaient les Frères Jacques…

Château d'Ermenonville
Nous arrivons finalement à Ermenonville, où ma première pensée est: « Ça y est! Nous en avons fini avec le vent! ». La seconde pensée est : « Agréable surprise! ». En effet, il y a, dans cette ville, davantage de choses à voir que je ne le pensais. Célèbre grâce à sa Mer de Sable et à son Parc d'Attraction, cette commune de l'Oise possède un château élégant, au bord de la Launette. Celui-ci fait face au Parc Jean-Jacques Rousseau, propice aux rêveries des promeneurs, solitaires ou non! Et à 4 km seulement, tout près de l'entrée de la Mer de Sable, se trouve l'Abbaye Royale de Chaalis, avec ses ruines, son château-musée, son parc et sa roseraie (entrée payante)... Sans oublier que tout cela se situe à proximité d'une belle forêt

Abbaye royale de Chaalis, près d'Ermenonville
Je m'étais déjà arrêté à Ermenonville à deux reprises, pour des ravitaillements lors de mes deux Paris-Cambrai (2011 et 2012). Chaque fois, le parcours passait devant l'entrée de l'Abbaye Royale de Chaalis. Tout cela sans me douter que ça valait le coup de s'y attarder. Avec Marie-Ange, nous nous sommes promis d'y revenir sans les vélos afin de prendre le temps de visiter.

Petit inventaire des principales péripéties au retour:
  • Après l'Abbaye de Chaalis, la feuille de route proposait de prendre une route forestière. En l'absence d'autre indication, nous ne l'avons pas trouvée…
  • Après Saint-Witz et le passage au dessus de l'autoroute A1, nous aurions vraisemblablement dû prendre la départementale 10, sur notre gauche, mais nous ne l'avons pas vue. Suivant les panneaux qui indiquaient Marly-la-Ville, nous nous sommes retrouvés pendant un gros kilomètre sur la Nationale 17, ce que Marie-Ange n'a pas aimé du tout!
  • A Marly-la-Ville, nous nous sommes remis de ces "vives émotions" en dégustant quelques produits de la boulangerie locale... Une fois Marie-Ange requinquée, nous avons repris la route pour les 30 derniers kilomètres.
  • Pas de difficultés d'orientation jusqu'à Villiers-le-Sec car le retour se fait sur la même route que l'aller.
  • A Villiers-le-Sec, nous hésitons: reprendre le même chemin qu'à l'aller par la piste cyclable champêtre? Ou suivre la feuille de route qui nous amène à un carrefour appelé "La Croix Verte"? Après consultation de la carte, en effet, cette "Croix Verte" ne m'inspire pas. Plusieurs "quatre voies" y passent, dont la Francilienne. Ça ressemble à un gros échangeur... Mais est-ce que ça passe en vélo? On y est passé... Marie-Ange n'a pas aimé, mais alors là, pas du tout!!! Obligés d'emprunter le début d'une voie rapide, avec des voitures qui débouchaient de partout! On a sûrement loupé quelque chose, mais quoi? Où? Comment? Un point positif: nous n'avons pas eu besoin de la Croix Rouge à la Croix Verte! Ouf! Mais la prochaine fois que j'y passerai, il faudra que je trouve autre chose! Parce que, pour être honnête, je n'ai pas aimé non plus!- A partir de Montsoult, le final est parfaitement balisé, des panneaux indiquant "L'Isle-Adam" à chaque carrefour où il aurait pu y avoir un doute.
Suite à nos diverses erreurs et hésitations, nous terminons avec 108 km au compteur, soit 7 de plus que prévu. La satisfaction et l'excitation d'avoir terminé ce Trèfle ainsi que toute la série des Trèfles retarde un peu les effets de la fatigue... Mais ce soir, ce sera "dodo de bonne heure"!

Avec ce Trèfle Adamois, nous avons donc terminé toute la série des Trèfles de l'Île-de-France, soit 1177 km en 4 Trèfles et 14 parcours, réalisés au cours de 15 sorties car nous avons coupé en deux l'un des circuits du Trèfle Versaillais. Ce fut une expérience très enrichissante, qui nous a permis de découvrir de nombreux secteurs de la région parisienne que nous ne connaissions pas. Bien que nous n'ayons pas eu beaucoup de chance avec la météo, nous avons pu apprécier à quel point ce concept est motivant pour aller rouler même quand les conditions nous inciteraient plutôt à rester au chaud. Et à quel point l'Île-de-France regorge de belles choses à voir.

Claude
Photos personnelles, mars-avril 2013

1 commentaire:

  1. Je tenais à apporter une précision (de taille tout de même!) concernant la photo avec Damien en haut de la fameuse côte des Princes : je ne suis pas parvenue au sommet en même temps que notre jeunot!!! Mais vous vous en doutiez! J'étais bien loin, très loin, terriblement loin... derrière! Mais Damien est galant, et il est redescendu me chercher et m'a accompagnée. Redescendre chercher quelqu'un dans cette côte et la remonter une seconde fois, il fallait le faire! Merci, Damien! Tu es un Prince dans la côte des Princes!

    RépondreSupprimer