mercredi 24 avril 2013

L'ÉTOILE DE PARIS : « BRIE CHAMPENOISE »

122 km - 720 m de D+

LIENS :

—> Présentation de cette randonnée permanente sur notre site.
—> Liens vers mes autres reportages sur l'Étoile de Paris.
—> Voir la page consacrée à l'Étoile de Paris sur le site du Levallois SC.

LE PARCOURS
J'ai choisi l'une des premières très belles journées de ce printemps 2013, jusque là froid et humide, pour m'élancer sur mon premier circuit de l'Étoile de Paris. Ayant rarement dépassé les 100 bornes depuis le début de la saison 2013, pour cause de météo très dissuasive, j'ai opté pour un des parcours les plus courts (122 km) et les moins vallonnés (720 m de D+). Avantage supplémentaire, le départ de Pontcarré était le plus proche de la maison.

Je suis parti tard, vers 11h, pour cause de rendez-vous matinal chez mon dentiste. Le soleil estival, dont je ne me suis pas assez méfié, en a profité pour m'infliger mes premiers coups de soleil de l'année.

Après le pointage à Pontcarré, j'ai démarré par la route familière de Villeneuve-Saint-Denis, puis Villeneuve-le-Comte. Le beau temps, les bonnes sensations et le vent favorable m'ont permis de démarrer à vive allure, avec très peu de temps de "chauffe", ce qui est rare chez moi... Je me suis dit alors que l'occasion était belle de tester ma capacité à tenir le rythme aussi longtemps que possible... et à savoir rentrer à bon port en gérant la fatigue une fois venu le coup de bambou. C'est ainsi que je suis arrivé à Villeneuve-le-Comte avec une moyenne supérieure à 29 km/h.

Église Notre-Dame-de-la-Nativité à Villeneuve-le-Comte
Après Tigeaux, direction Crécy-la-Chapelle par le pont de Serbonne, en suivant les rives du Grand Morin.

Le Grand Morin à Serbonne

Le Grand Morin à Serbonne

Collégiale Notre-Dame-de-l'Assomption à Crécy-la-Chapelle
Après la remontée sur le plateau, sans mollir, j'ai repris un rythme soutenu, toujours aidé par un bon vent favorable. En arrivant à Jouarre, lieu de pointage, j'avais fait 41 km à 29,5 km/h de moyenne! Merci le vent! Il vaut mieux lui dire merci maintenant parce qu'ensuite, jusqu'à Mormant, il me faudra faire une cinquantaine de kilomètres avec vent défavorable, ce qui change tout!

Pointage à l'Office de Tourisme de Jouarre, situé dans un bâtiment classé
La D37, entre Doue et Chailly-en-Brie m'a semblé assez pénible, en partie à cause des grands bouts de droit face au vent, mais aussi à cause de la circulation.

Grand sourire à Pécy en apercevant un bâtiment polyvalent, mi-château d'eau, mi-douches municipales. Je n'ai pas pu m'empêcher d'imaginer un usager soumis à une douche très énergique, façon bouche à incendie (j'ai dû voir trop de dessins animés de Tex Avery).

Pécy: château d'eau et douches municipales
A Gastins, je me suis offert un petit détour pour aller voir le moulin à vent. Je pensais ne pas le connaître, mais en arrivant sur place, j'ai reconnu l'endroit. Il y a deux ou trois ans, j'ai participé à une randonnée dont les organisateurs avaient installé là un ravitaillement.

Moulin de Gastins (XVe - XIXe siècle)
Après le pointage de Mormant, j'ai suivi un bon moment le fléchage de notre Randonnée Brévannaise, par Aubepierre, Beauvoir et Chaumes-en-Brie, jusqu'à Châtres.

Les abords de Chaumes-en-Brie aux couleurs de l'AS Brévannaise
Sur la fin du parcours, j'ai choisi une variante après Tournan afin d'éviter les axes les plus fréquentés. Je suis ainsi passé par Favières. Ma variante m'a fait faire quelques kilomètres de plus que j'ai parcourus en mode "décrassage" car je commençais à en avoir plein les pattes.

J'ai fini très satisfait car j'ai réussi à gérer le vent, puis la fatigue, et j'ai plutôt bien encaissé un kilométrage qui, sans être une longue distance, commençait à être conséquent (128 km à mon compteur). Et ma moyenne, bien qu'ayant chuté régulièrement après Jouarre, est restée très acceptable avec 24,5 km/h à l'arrivée.

Je me sentais prêt pour les aventures de mai (Stage de Roses, cols dans les Pyrénées) et de juin (cyclomontagnarde du Haut Bugey, Ardéchoise, etc.)

Claude

Retour à Pontcarré: mission accomplie, j'ai commencé à tutoyer les étoiles...
ou plus exactement l'Étoile de Paris

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire