dimanche 22 septembre 2013

L'EURO PN 2013 : DE WEISSENHORN (ALLEMAGNE) À TURIN (ITALIE)

L'EURO RANDONNÉE POUR LA PAIX ENTRE LES NATIONS
DU 14 AU 22 SEPTEMBRE 2013

L'Euro PN, créée par Jean-Claude Massé (bien connu des cyclos qui fréquentent la Randonnée des Toques Blanches) est aujourd'hui gérée par Alain Challant, ex-président du CoDep 94.

Ayant participé à trois "Rand'Oh" (les randonnées itinérantes proposées par le CoDep 94 dans le cadre du "Festival de l'Oh!"), j'y ai retrouvé certaines similitudes, notamment au niveau de l'organisation générale : épreuve par étapes avec transport des bagages et des personnes, hébergements, restauration, certains accompagnateurs, etc.

Les principales différences:
  • Le thème: Les Rand'Oh s'intéressent aux fleuves et autres cours d'eau. L'Euro PN privilégie les relations entre cyclos originaires de différents pays (8 cette année) et l'action en faveur de l'amitié entre les nations à travers le sport et notamment la pratique du cyclotourisme.
  • Les parcours à vélo: à allure libre pour la Rand'Oh, à allure Audax pour l'Euro PN (à l'exception de la montée au Colle del Ghisallo, effectuée à allure libre).
Cette année, le parcours avait pour thème les Alpes Olympiques, autour des villes de Munich en Allemagne (JO d'été de 1972), Innsbruck en Autriche (JO d'hiver de 1964 et 1976), et Turin en Italie (JO d'hiver de 2006). Initialement, le parcours devait nous faire passer en vélo par Saint-Moritz en Suisse (JO d'hiver de 1928), mais un refus de dernière minute des autorités locales nous a obligés à effectuer ce tronçon en car.

Outre ce thème olympique, un autre vecteur important de cette édition de l'Euro PN s'articulait autour de la commune val-de-marnaise de Villecresnes et de ses villes jumelles de Weißenhorn (Allemagne), où a eu lieu le départ, et de Zibido San Giacomo (banlieue de Milan, Italie), terme de la 5e étape. Sauf erreur de ma part, le Vélo Sportif Villecresnois était d'ailleurs le club le plus représenté dans le peloton.

Il est très difficile de résumer en quelques lignes une semaine de vélo, de visites, de cérémonies protocolaires et de rencontres humaines diverses. Voici mes principales constatations:
  • J'ai fait la connaissance de gens extrêmement intéressants, tant sur le plan humain que sportif. Ne serait-ce que pour cela, ce séjour aura été exceptionnel.
  • La traversée des Alpes était moins dure que je ne l'avais imaginé. L'itinéraire suivait souvent des vallées, en évitant les ascensions à répétition. Ma semaine de préparation dans la vallée de l'Ubaye a été très profitable (et aussi beaucoup plus difficile!).

LE PARCOURS

Au total, nous avons parcouru environ 700 km en 6 étapes. Il est difficile de préciser le dénivelé positif total en raison des changements de parcours et des erreurs qui figurent sur les profils qui nous ont été remis. Entre 5000 et 6000 mètres me semble une estimation correcte.

Samedi 14 septembre 2013

Hippodrome de Vincennes - Weißenhorn (D)

Trajet en car. Premiers contacts et premières rencontres...

A l'arrivée à Weißenhorn, nous retrouvons quelques futurs compagnons de route allemands ainsi que ceux qui ont fait le trajet par leurs propres moyens.

Dimanche 15 septembre 2013

Première étape: Weißenhorn (D) - München (D), 145 km

Le départ a été très festif, les habitants de Weißenhorn ayant tenu à nous souhaiter bonne route en musique, malgré une petite pluie fine.

Weißenhorn : départ en musique!
Erreurs de parcours et difficultés d'orientation ont rendu la matinée plus longue que prévu. Avec le soleil revenu, le peloton a trouvé son allure de croisière, une allure qui offre de multiples occasions d'engager la conversation et de faire connaissance avec ses compagnons de route. En français avec les uns, en espagnol avec d'autres, avec gestes et sourires lorsqu'on n'a pas encore trouvé de langue commune pour échanger... Le peloton de l'Euro PN, c'est un peu la tour de Babel…

Sur la route de Munich
Et la journée s'est terminée en apothéose avec une arrivée prestigieuse à l'Olympic Stadion.

Coucher de soleil sur l'Olympic Stadion (Munich)
Lundi 16 septembre 2013

Deuxième étape : München (D) - Innsbruck (A), 162 km

Départ dans la circulation munichoise...

Le temps, acceptable au cours de la matinée, s'est gâté après le repas, au moment où nous abordions la montagne et l'ascension de l'Achenpaß (col culminant à 941 m). Après le passage de la frontière germano-autrichienne, la descente s'est faite sous pluie intense. La prudence était de rigueur! Les patins de freins ont souffert! C'est après cinq heures très très humides que nous sommes enfin arrivés à Innsbruck... et que la pluie s'est enfin arrêtée!

Nous nous serions bien passés de le petite réception au théâtre de la ville d'Innsbruck. Nous n'avions qu'une envie à ce moment-là : nous changer!

Arrivée à Innsbruck
Entre les bosses du final, l'allure jugée un peu trop rapide pour certains, la pluie soutenue et cette contrainte protocolaire ultime, inutile de dire que ça a beaucoup râlé dans le peloton! Sauf aux petits ravitos de Louis et Annie Ruez qui étaient toujours les bienvenus! Un grand merci à tous les deux.

Au ravito avec Gégé, Cyclotouriste Saint-Maurien (photo Alain C.)
Mardi 17 septembre 2013

Troisième étape : Innsbruck (A) - Skuol (CH), 142 km

Il avait neigé pendant la nuit et les sommets autour d'Innsbruck en gardaient la trace! Partir au petit matin, sur une route mouillée, par une température fraîche, surtout après avoir longtemps roulé sous la pluie la veille (la toux de certains en perpétuait le souvenir), voilà qui nécessite un bon mental. Certains ont donc préféré faire l'impasse sur cette matinée et l'ont peut-être regretté par la suite... car il n'a pas plu!

Route mouillée, sommets environnants enneigés, température au-dessous des 10°…
Le Tyrol ne s'est pas montré très accueillant!
Un nouvelle fois le parcours était vallonné, mais sans pentes terribles. Le profil Openrunner annonçait près de 2000 m de D+, ce qui en faisait l'étape la plus montagneuse. Cela explique que le peloton ait perdu encore quelques unités supplémentaires en cours de route, au profit du car.

Sur le tronçon final, qui traversait le Canton des Grisons, la police suisse est intervenue... Interdiction pour les voitures et motos d'escorter le peloton! Et interdiction pour l'organisation de rouler le lendemain sur le territoire du Canton! La demande d'autorisation ayant été effectuée dans les délais et sous la forme requise, on se demande encore pourquoi...

En Suisse aussi, le ciel était menaçant
Mercredi 18 septembre 2013

Quatrième étape : transfert en car de Skuol (CH) à Chiavenna (I), puis Chiavenna (I) - Abbadia-Lariana (I), 64 km

Pas grand chose à dire sur cette étape amputée, si ce n'est le retour de l'été, juste après le passage de la frontière. La police suisse avait jeté un froid sur le peloton, le soleil italien nous a fait oublier l'incident. Après une centaine de kilomètres en car, puis le repas à Chiavenna, ce fut un grand plaisir d'enfourcher de nouveau nos vélos en profitant pleinement du beau temps.

Départ de Chiavenna sous le soleil
La plus grande partie de cette étape s'est donc finalement déroulée sur les bords du Lac de Côme. Un décor enchanteur pour un peloton de nouveau au complet.

Lac de Côme
A Abbadia-Lariana, réception, photo souvenir, dîner et dodo…

Abbadia-Lariana, au bord du Lac de Côme (photo de l'organisation)
Jeudi 19 septembre 2013

Cinquième étape : Abbadia-Lariana (I) - Madonna del Ghisallo, commune de Magreglio (I), 36 km, puis transfert en car jusqu'à Zibido San Giacomo (I)

Cette étape était attendue par certains, redoutée par d'autres, malgré la faible distance. Le responsable : le Colle del Ghisallo (alt.: 754 m, avec un peu plus de 500 m de dénivelé en une dizaine de kilomètres). Le col commence par 1,5 km à 3%. Suivent 4 km à 9%, dont un passage à 14%. On a ensuite 3 km pratiquement plats pour souffler. La route redescend même un petit peu. Puis on termine par 1,5 km autour de 9% de moyenne. Nous avons gravi ce col dans des conditions météorologiques idéales. L'allure libre a permis aux purs grimpeurs d'exprimer tout leur talent, et à ceux qui peinent dans les montées de l'escalader à leur rythme…

Pause au bord du Lac de Côme, avant la montée vers le Colle del Ghisallo: le soleil est avec nous!
Le sommet marque la fin de l'étape du jour. Chargement des vélos dans la remorque, puis ceux qui le désirent peuvent se changer. Et c'est la visite de la chapelle de la Madonna del Ghisallo. Comme il y a beaucoup à dire au sujet de cette chapelle, j'ai préféré lui consacré un article spécifique.

Vue du Lac de Côme pendant la montée au Colle del Ghisallo
Après le repas, pris sur place, à Magreglio, c'est un nouveau transfert en car jusqu'à Zibido San Giacomo, dans la banlieue de Milan, où une petite réception est prévue.

Zibido San Giacomo
Vendredi 20 septembre 2013

Sixième étape: Zibido San Giacomo (I) - Torino (I), 154 km

On a coutume de dire que la "moyenne Audax", c'est 22,5 km/h. En fait, c'est faux. La moyenne dépend du profil de l'étape, de la météo, bref des conditions de l'épreuve. Par ailleurs, la moyenne n'est pas nécessairement fixée pour l'étape entière et peut varier selon les tronçons. Par exemple, pour l'étape de montagne qui a été amputée, le premier secteur, en montée douce, était prévu à 18 km/h, la descente qui suivait à 30 km/h et le final au bord du Lac de Côme à 22,5. Si le profil s'y prête, ou si le vent est favorable, et si le groupe suit de manière homogène, il n'est pas exclu de pousser jusqu'à 24 ou 25 de moyenne sur le plat.

C'est ainsi que les 150 km de la dernière étape, dont l'intégralité avait était programmée à 22,5 km/h, ont été parcourus à la moyenne de 25 km/h. Le paysage un peu monotone d'une grande partie de l'étape n'incitait pas à musarder.

Quelques poussettes ont permis de conserver l'homogénéité du groupe sur les bosses du final.

A part cela, pas grand chose à signaler…

Sur la route de Torino
Samedi 21 septembre 2013

Visite de Turin

Quartier libre pour cette journée... Pour ma part, je me suis associé à trois joyeux compagnons, Alain, Gérard C. et Gérard M. avec qui nous avons partagé de bons moments...

Nous serons assez nombreux à opter pour la visite du Musée National de l'Automobile. En voyant des véhicules de marque Renault, je n'ai pu m'empêcher d'avoir une petite pensée pour notre ami Jean-Pierre B., ancien vendeur chez Renault…

Turin, Musée National de l'automobile : Renault AG-Fiacre Paris (France 1910)
L'après-midi, nous avons fait un petit tour au Palazzo Madama, dans lequel est installé le Museo Civico d'Arte Antica. Particularité architecturale étonnante de cet édifice : la façade principale est de style baroque, tandis que la façade arrière est médiévale.

Turin : Palazzo Madama, façade médiévale (arrière du bâtiment)
Dimanche 22 septembre 2013

Retour à l'hippodrome de Vincennes, après un voyage de nuit sans histoires

En me relisant, je constate que j'ai raconté fort peu de choses, par rapport à toutes les péripéties de ce voyage... Rien sur les hébergements, rien sur les repas, rien sur les cérémonies organisées à l'occasion de notre passage, rien sur les exploits sportifs de mes compagnons de route...

A ce propos, quelques exemples tout de même: un Pékin-Paris-Londres, de multiples Paris-Brest-Paris, des Tours de France et même un Tour d'Europe à vélo... On pourrait citer bien d'autres exploits, et pas seulement dans le domaine du vélo. L'un de mes compagnons du samedi a été 20 fois champion de France en kayak de vitesse, un autre a remporté des Aigles d'Or Audax dans toutes les disciplines, à savoir: vélo, natation, marche, kayak et ski de fond. Et j'en passe!

A côté de tous ces exploits et malgré le temps médiocre des premiers jours, cette Euro PN 2013 fut une véritable promenade de santé! Et partager cette promenade avec des sportifs de ce calibre fut un grand privilège...

Claude
Photos personnelles, sauf mentions contraires

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire