samedi 8 octobre 2016

WEEKEND LOTOIS (1/2) : ESCAPADE EN QUERCY, PRÈS DE ROCAMADOUR (LOT), par Marie-Ange

DANS LE PARC NATUREL RÉGIONAL DES CAUSSES DU QUERCY

Ce weekend avait lieu la journée de clôture du Comité Départemental de cyclotourisme du Lot (CoDep 46). Satisfaits de nos participations, au cours de la saison 2016, à trois organisations dans ce département voisin de la Dordogne (voir liens en fin d'article), Claude et moi comptions sur cette concentration de dimanche à Leyme pour revoir des compagnons de route lotois. Mais pas seulement... Claude avait envie de continuer l'exploration de cette superbe région. Quant à moi, j'étais désireuse de revoir des lieux remplis de souvenirs.

Les prévisions météorologiques (temps frais automnal mais avec présence du soleil) restant tout-à-fait compatibles avec la pratique du cyclotourisme, nous avions décidé de prendre une longueur d'avance sur la manifestation et de rouler dès le samedi matin. Claude s'était donc attelé à la préparation d'un circuit d'une cinquantaine de kilomètres avec comme point de départ et d'arrivée le lieu-dit de l'Hospitalet qui surplombe l'incontournable site de Rocamadour, BCN/BPF du Lot.

Rocamadour
Une surprise de taille nous attendait dans le ciel à notre descente de voiture : une superbe envolée de montgolfières (rassemblement événement Land Rover 2016).

Montgolfières sur Rocamadour
Après une visite rapide dans les rues de la cité à la notoriété internationale, encore paisible à l'heure de notre départ, nous avons pu commencé notre pèlerinage.

Rocamadour
Claude ayant repéré un col, proche de Rocamadour, entre les vallées de l'Ouysse et de l'Alzou, nous avons décidé d'ajouter une petite variante au parcours envisagé, un aller-retour d'environ 2 km, afin de voir à quoi il pouvait bien ressembler.

Col de Magès, 163 m
« Un col à une altitude de 163 mètres, ce doit être une simple formalité », me suis-je dit. Pour y parvenir, nous avons bifurqué en direction du hameau de Magès et jusque là pas de difficulté.

Hameau de Magès
Mais lorsque nous avons amorcé la descente, courte mais avec un fort pourcentage de pente, signe annonciateur d'une remontée délicate, j'ai marqué un temps d'hésitation. La curiosité l'a finalement emporté et je n'ai pas regretté d'avoir suivi Claude.

Claude au Col de Magès, auprès de la Croix du Crouzol
A l'endroit de ce "petit" col (Col de Magès ou Baisse-Cul), nous avons déniché une borne en pierre, la "Borne à l'escargot", ancien balisage de la "randonnée des deux vallées"…

Col de Magès : borne à l'escargot
… ainsi qu'une stèle portant la sportelle et la coquille…

Col de Magès : la sportelle et la coquille
… le tout surmonté d'une croix (la Croix du Crouzol).

Col de Magès : la Croix du Crouzol
Je vous laisse libres d'imaginer ma remontée jusqu'à l'entrée du hameau de Magès : 1 km seulement, mais à 10,8% de pente, dont 500 m à 15,6%!!! (Merci à Claude pour les calculs). Et ce n'était que le début d'un parcours qui a totalisé au final près de 57 kilomètres et environ 950 mètres de dénivelé.

Profil du parcours
Nous avons poursuivi notre balade sur les Causses du Quercy, où parfois le clocher d'une église fortifiée apparaissait dans le lointain, signe rassurant au milieu de cette vaste nature plutôt sauvage.  Nous avons ainsi traversé quelques petits villages pittoresques, notamment Lunegarde, conseillé par le responsable du club de Leyme que nous avions contacté par téléphone afin de valider nos inscriptions pour la randonnée du lendemain.

Eglise fortifiée de Lunegarde
Les villages ont presque tous le label de "village étoilé" car on peut y observer le ciel nocturne le plus "pur" de France, là où la pollution lumineuse y est la plus faible.

Reilhac, village étoilé
En dehors de ces rares villages, nous avons observé une nature aride, qui a su demeurer authentique, une contrée souvent désertique, une campagne découpée en parcelles délimitées par des murs en pierres sèches…

Murs en pierres sèches
Dans les champs, les brebis à "lunettes noires" jouaient les stars en posant pour la photo.

Brebis à lunettes noires
Sur la route du retour vers Gramat, nous nous sommes brièvement arrêtés sur le site de Gabaudet, lieu d'une tragédie qui a eu lieu le 8 juin 1944, précédant de deux jours les massacres d'Oradour-sur-Glane et imputable à la même division blindée SS : “Das Reich”.

Site martyr de Gabaudet
De retour à l'Hospitalet, nous avons pris le temps de saisir quelques photos supplémentaires du site de Rocamadour…

Vallée de l'Oysse et bois de La Pannonie
Puis nous avons pris la route de Leyme, où nous étions attendus pour dix-huit heures à l'Hôtel Lescure, chez Béatrice et… Laurent Jalabert, afin d'être sur place dès le lendemain matin pour la journée de clôture du CoDep 46 : voir l'article.

Marie-Ange
Photos de Claude et Marie-Ange

LIENS :

➜ Toutes nos photos sur Flickr

➜ Comptes-rendus de nos précédentes escapades dans le Lot en 2016:
• à Salviac, le 19 mars : Brevet Audax 100 km de Salviac (46)
• à Cahors, le 24 avril : Randonnée cyclo J-C. Bernard, à Cahors (46)
• et à Gourdon, le 5 juin : Randonnée de la Bouriane, à Gourdon (46)

3 commentaires:

  1. Quelle belle qualité de vie : du soleil, des paysages, de l'histoire, des stars en lunettes noires... Que du bonheur!

    RépondreSupprimer
  2. salut les cyclos,
    belle sortie, beau reportage historique de Marie-ange, le Rocamadour est une région que je ne connais que de nom, en photos c'est vraiment superbe !
    un "petit col", court mais pentu, comme souvent, ca se mérite décidément :)
    quand à moi, je remonte plus souvent sur le vélo depuis que j'ai la voiture, je peut aller plus loin et rejoindre mes collègues à Bollène.
    vendredi je part dans le Vercors pour une randonnée pédestre sur 2 jours sur les hauts plateaux ;)
    à++

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec la voiture, tu pourras plus facilement sortir de la Drôme pour aller chasser de nouveaux cols! C'est cool!

      Supprimer