dimanche 4 octobre 2015

RALLYE DES CHÂTAIGNES, À VILLENEUVE-LE-ROI, par Marie-Ange

Lorsque les huit coups ont retenti ce matin dans la salle Saint Just de Villeneuve-le-Roi, les C.S.M. prêts à s'élancer sur le 85 km du Rallye des Châtaignes se comptaient sur les doigts d'une seule main. Avaient répondu "présent" : Dominique (notre Breton), deux Claude (Claude A. et Claude S.), un seul Jean-Pierre (Lucas) et une seule féminine (ma pomme). En attendant plus!...

«Quai des Brumes», avec dans les rôles principaux : Claude A., Dominique C., JP Lucas et Marie-Ange...
Précisons tout de même que parmi les absents "habitués des rallyes", trois avaient un "mot d'excuse" puisqu'ils s'étaient couchés à l'aube après avoir fait la "Nocturne Bellevilloise d'automne" (120 km à allure régulée). Bravo donc à Thierry A., Bernard C. et Jean-Pierre Lec. qui ont roulé alors que la plupart d'entre nous étaient déjà tombés dans les bras de Morphée : vous nous avez manqué ce matin!

Le club organisateur, La Randonnée du Sourire (oui, oui! c'est le nom du CLUB!), nous avait concocté un beau tracé, assez dépaysant lorsqu'on a l'habitude d'aller rouler sur l'Est du département, puisque nous avons sillonné les routes de Seine-et... Oise! La preuve sur cette magnifique plaque de cocher, photographiée à Auvernaux (de nos jours : en Essonne).

Belle plaque de cocher à Auvernaux, ancienne Seine-et-Oise (voir note ci-dessous)
Ce beau rallye, parfaitement fléché, nous a conduits sur les rives de la Seine, rive gauche puis droite, avec entre-temps une magnifique boucle par la vallée de l'Essonne.

L'Essonne, entre Écharcon et Mennecy
Le parcours nous a offert l'opportunité de passer dans trois départements de l'Ile-de-France (94, 91 et 77) et de traverser deux superbes forêts : forêt de Rougeau et forêt de Sénart.

Forêt de Rougeau
Nous avons pu profiter à la fois de la nature et du patrimoine francilien, malgré la grisaille persistante et les plaques de brouillard.

Grisaille sur la Seine
Avant le premier ravitaillement situé à Chevannes, notre "Club des Cinq" a été littéralement "enrhumé" (expression appartenant au jargon cycliste) par un "bleu et jaune" sorti de nulle part: François D.! Le secrétaire du club, le nez dans son guidon, n'a même pas pris le temps de ralentir pour nous saluer! Parti après nous, engagé sur le 100 km, il osait nous mettre un coup sur la meule et bien sûr, il venait d'allumer la mèche en entraînant J.P. et les deux Clo-Clo dans sa roue. J'ai alors pensé que j'allais passer par la fenêtre; heureusement que le ravito les a tous stoppés!

Regroupement au ravito de Chevannes : il manque juste Dom(e)
A partir de là, un duo constitué de J.P. et François est parti sur le "100", tandis qu'un quatuor bifurquait sur le 85.

Par moment, nos compteurs s'affolaient : 28, 30 km/h. Au deuxième contrôle, à la Maison Forestière du Poste aux Lièvres, en forêt de Sénart, nous avons retrouvé un peloton de l'A.S. Brévannaise.

2e ravito, juste avant l'invasion brévannaise...
Dans les roues des cyclos brévannais, le retour jusqu'à Villeneuve-le-Roi fut "sportif". Même pas le temps d'aller aux champignons!

Cueilleurs de champignons rencontrés dans la forêt de Sénart
J'ai finalement pris un éclat à Ablon, sur la dernière ligne droite en bord de Seine. Je me suis résolument accrochée à la roue de Marius, ce qui m'a permis d'arriver à temps... pour faire la bise à Dominique F. qui en avait fini depuis longtemps avec le 60 km.

Nous sommes partis à cinq et au final, sur le douzième coup de midi, nous avons fini à sept! Nous nous sommes séparés après le verre de l'amitié...

Whisky à gogo!
Il faut dire que Didier Maire, le président de la Randonnée du Sourire, sait recevoir! Nous avons gaiement trinqué (et papoté!) avec nos amis de Mandres-les-Roses, de Thiais, de l'Elan Cyclo, de l'Audax Club Parisien, de l'A.S. Brévannaise, etc.

Malgré la participation modeste (163 inscrits), la salle était comble, à la grande satisfaction de ce club très très... souriant.

Marie-Ange
Photos : Claude


Note : Au sujet des plaques de cocher, vous pouvez lire ou relire l'article de Claude, Plaques de cochers dans la Drôme

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire