jeudi 22 juin 2017

PARIS-NICE CYCLO 2017 9e ÉTAPE : VARS - CUNEO (ITALIE)

➜ Etape précédente : Montgenèvre - Vars — Etape suivante : Cunéo (Italie) - Nice

La photo du jour

Au Colle di Sampeyre, avec le maillot du Club des Cent Cols

L'enregistrement de mon étape sur Strava


Les données officielles de l'étape

Distance : 165 km.
Moyenne basse selon organisation : 19 km/h.
D+ : 3403 m (selon Openrunner).
Tracé officiel sur Openrunner : 6474762
Départements traversés : Hautes-Alpes (05), Italie - Cuneo (CN).
4 cols CCC : L'Ange Gardien, Agnel, Sampeyre, Cavallina.
BCN-BPF : aucun
Hébergement à Cuno : Royal Hôtel Superga

Tracé de l'étape

Profil de l'étape
Mes données personnelles

Distance selon mon GPS : 161 km
Moyenne personnelle : 18,1 km/h
D+ selon mon GPS : 3156 m
Météo : Beau temps, avec des menaces d'orages dans l'après-midi
Température moyenne : 24°

Le récit

C'est la consternation ce matin à l'hôtel Le Vallon. 12 vélos ont disparu pendant la nuit. Les voleurs, des connaisseurs, n'ont pris que des vélos haut de gamme. Parmi les victimes figurent mes deux compagnons de route saint-mauriens, Alain et Philippe, deux de nos amis de Champigny, Fabrice et Patrick et deux ou trois autres cyclos que je connais personnellement. Sur la ligne de départ, l'ambiance est plus que morose…

Vars : ligne de départ
Il faut quand même se résoudre à prendre le départ et laisser là les douze victimes qui vont passer une bien désagréable matinée à effectuer des dépositions auprès des enquêteurs. Pour tous ceux qui ont toujours leur vélo, l'épreuve continue… Show must go on!…

Depuis la station de Vars-Sainte-Marie, nous arrivons très vite dans une longue descente vers Guillestre, en empruntant la route que nous avons montée hier. En passant près d'une moto au bas de la descente, j'entends un échange radio : il y a eu une chute… J'en saurai plus ultérieurement.

A Guillestre commence la très longue ascension de 42 km en direction du Col Agnel (2743 m, FR-05-2744).
Voir le descriptif.
  • Départ : Guillestre
  • Longueur : 42 km
  • Dénivellation : 1736 m
  • % Moyen : 4,13% (6,5% sur les 20 derniers kilomètres)
  • % Maximal : 13%
Col Agnel : profil depuis Guillestre
Comme hier, nous longeons le Guil, en le remontant cette fois. Et comme hier, curieusement, nous avons toujours le vent dans le nez, alors que nous roulons en sens inverse. Je n'ai déjà pas trop la pêche avec ce qui est arrivé à nos copains, je n'avais pas besoin de ça. Heureusement que la pente reste très modérée jusqu'à Château-Ville-Vieille.

En compagnie de Laurent, seul rescapé des CSM, je retrouve le Col de l'Ange Gardien (1347 m, FR-05-1347), que j'ai photographié en descendant de l'Izoard. Ensuite, nous évitons le Coulet (1390 m, FR-05-1390), col initialement au programme, pour atteindre Château-Queyras par une autre route qui surplombe le Guil sur sa rive gauche. Depuis cette route, on aperçoit le fort.

Fort de Château-Queyras
La pause café nous attend à Château-Queyras. Avec mon smartphone, je prends une photo… qui aurait pu être belle! Mais je ne fais pas attention à la buée sur l'objectif! Ça lui donne un genre… brumeux!

Le Guil à Château-Queyras
Mais si j'avais réussi mon coup, ça aurait dû donner ça!

Le Guil à Château-Queyras (photo Sylvain)
A la pause café, nous apercevons celui qui a été victime de la chute. Il est arrivé jusque là dans une voiture. Il s'agit de François, un triathlète venu de Normandie, un "costaud". Il ne roulait pourtant pas vite, me dira-t-il par la suite, mais une crevaison de la roue avant, en descente, ça peut faire des dégâts. Et manifestement, il est bien amoché. Décidément, cette journée commence mal.

François, dans la descente de l'Izoard, lors de l'étape précédente (photo Véra)
A partir de Ville-Vieille, commencent les choses sérieuses. Sur les 20 km qu'il nous reste à parcourir jusqu'au sommet du Col Agnel, la pente moyenne sera désormais de 6,5%.

Col Agnel à 20 km
Avec Laurent, nous restons ensemble. Nous découvrons la demoiselle coiffée… qui n'est autre qu'une colonne de roche surmontée d'un bloc de pierre formant une sorte de chapeau.  En simplifiant, on peut dire que cette curiosité géologique est le résultat de divers dépôts glaciaires très anciens, suivis d'une longue période d'érosion…

Demoiselle coiffée (à droite sur la photo)
L'ascension se poursuit… A Molines-en-Queyras, nous découvrons des reproductions miniatures d'un moulin à vent et d'un moulin à eau, représentations symboliques du nom de la commune, anciennement Molini qui signifie naturellement "moulins".

Moulins à Molines-en Queyras
Peu après les moulins de Molines, j'ai le grand plaisir de rattraper l'ami Guy… Moulin! Etonnant, non?!… C'est l'occasion de bavarder un peu, car Guy a toujours de belles histoires à raconter! Même en pleine ascension d'un grand col! Sacré Guy! Quelle santé pour le doyen de ce Paris-Nice Cyclo, qui a fêté ses 73 ans deux jours avant le départ!

Guy Moulin dans ses œuvres
Autre rencontre sympathique : les marmottes! L'une d'elle semble m'attendre sur le bas côté et s'éloigne tranquillement quand je passe à sa hauteur, une autre traverse juste devant moi. Le temps que je sorte mon appareil photo, elle a atteint l'entrée de son terrier.

Marmotte
Les coups de pédale se suivent et se ressemblent, ce qui n'est pas le cas des paysages, ces magnifiques paysages de haute montagne, d'une grande variété, qui savent si bien récompenser les cyclos grimpeurs.

Route du Col Agnel
Voilà le sommet! Le Colle dell'Agnello est sur la frontière franco-italienne. Nous quittons désormais les Hautes-Alpes (05). Revoilà l'Italie!

Avec Laurent au Col Agnel
Comme lors de notre première incursion, nous allons faire un petit tour dans le Piémont, mais cette fois-ci dans la province de Cuneo (CN).

Colle dell'Agnello, versant italien
Après une belle descente, on arrive à Chianale.

Chianale
Un peu plus loin, on découvre le Lago di Castello, près de la commune de Pontechianale.

Lago di Castello
Pour rejoindre Sampeyre, où a lieu le repas, on longe pendant des kilomètres en faux plat descendant le Torrente Varaita di Chianale.

Torrente Varaita di Chianale
Quand nous arrivons au plateau repas, sympa et bienvenu, de nombreux participants sont déjà repartis. À ma sortie, il ne reste plus grand monde… J'espère que Laurent et moi n'allons pas nous retrouver trop esseulés dans le final.

Sampeyre
Le Colle di Sampeyre (2284 m, IT-CN-2284) me fait peur. Juste après le repas et par une chaleur lourde, il nous faut surmonter une pente à 8,5% pendant près de 16 km… Un col hors catégorie!
Voici le descriptif.
  • Longueur : 15,6 km
  • Dénivellation : 1329 m
  • % Moyen : 8,52%
  • % Maximal : 9,5%
Colle di Sampeyre : profil depuis Sampeyre
Le profil ci-dessus montre bien que le Colle di Sampeyre n'offre aucun répit. Et à la vitesse à laquelle nous montons, il va nous falloir plus de deux heures! Avec Laurent, nous allons cependant nous ménager quelques pauses. Tous les prétextes sont bons : demander de l'eau à une voiture d'assistance, se passer la tête sous l'eau à une fontaine, prendre une photo…

Sampeyre depuis la route montant au col
Heureusement, les motards et les bénévoles qui tantôt nous suivent, tantôt nous précèdent dans les véhicules d'assistance, ne ménagent pas leurs encouragements. Merci à tous et particulièrement à Claude Olivier qui, en plus de m'encourager systématiquement, a bien voulu nous prendre en photo lorsque nous sommes arrivés au col.

Avec Laurent au Colle di Sampeyre
Après 4 km de descente et 340 m de dénivelé négatif, nous franchissons le Colle della Cavallina (1941 m, je ne connais pas le code CCC), La carte m'a indiqué par la suite qu'il est situé à proximité d'un refuge, le Rifugio Excursionistico la "Sousto dal col"… mais je n'y fais pas attention lorsque j'y passe.

Dans la descente du Colle di Sampeyre
En revanche, un peu plus bas, je remarque une église, la Chiesa San Peyre (Saint Pierre), qui dépend de la commune de Stroppo.

Chiesa San Peyre
Passé Stroppo, il nous reste près de 40 km pour rejoindre l'arrivée. Le gros de la descente est terminé et il faut recommencer à pédaler. Au début, j'ai l'impression d'avoir les jambes à la fois molles et lourdes, ce qui n'est pas franchement surprenant après 120 km et deux cols tels qu'Agnel et Sampeyre. Mais je n'ai pas envie de prolonger au delà du nécessaire cette longue étape de plus de 160 km. Alors je me mets à appuyer davantage sur les pédales.

Peu à peu, l'énergie revient. Avec un cyclo de Nozeroy que je rejoins, nous alternons les relais et nous effectuons à plus de 30 km/h ce tronçon final en faux plat descendant (-1% de pente moyenne). Satisfaits tous les deux de cette collaboration efficace bien que non concertée, nous nous remercions mutuellement à l'arrivée. Je paierai peut-être demain cette petite séance tonique. Mais ça fait du bien au moral de constater qu'on a encore des jambes qui tournent plutôt bien après 9 jours de vélo.

Cunéo : Piazza Galimberti
Les retrouvailles s'effectuent sur la Piazza Galimberti de Cunéo, jolie ville italienne désignée aussi par Coni (prononcer "Kouni"), son nom piémontais, en langue occitane.

Le moment est venu de reprendre des forces pour demain. Il s'agit d'être dans la meilleure forme possible pour la 10e et dernière étape de ce Paris-Nice Cyclo 2017!

Claude
Photos personnelles, sauf mention contraire

LIENS : 

➜ 10e étape : Cunéo (Italie) - Nice

➜ La présentation du Paris-Nice Cyclo 2017 sur le site “Claude et Marie-Ange font du vélo”.
➜ Présentation de l'étape sur le site de l'AAOC.
➜ Toutes mes photos sur Flickr (+ une sélection de photos téléchargées)
➜ Le compte-rendu de l'AAOC : 9e étape.
➜ Les photos de Sylvain : 9e étape.
➜ Les photos de Claude O. : 9e étape.
➜  Les photos de Martine sur Facebook : 9e étape (page Paris-Nice Cyclo 2017).

Feuille de route

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire