lundi 5 juin 2017

GRANDS COLS DANS LES HAUTES-PYRÉNÉES : TOURMALET, ASPIN, PEYRESOURDE…

WEEK-END CLUB DU 2 AU 5 JUIN 2017

A l'occasion de cette Pentecôte 2017, l'ECBP (Entente Cyclotouriste Le Buisson Périgord, notre club) proposait un beau week-end montagnard dans les Hautes-Pyrénées. Marie-Ange et moi y avons participé chacun à notre manière.

Marie-Ange a fait de la randonnée pédestre en compagnie de Jackie J., la femme de Ronnie. Elles ont trouvé de très belles balades à faire autour de Saint-Lary-Soulan.

Les randonneuses, Marie-Ange et Jackie

Quant à moi, j'ai fait partie d'un groupe de sept mercenaires qui se sont lancés à l'assaut de quelques très belles ascensions, dont les mythiques Aspin, Peyresourde et surtout le Tourmalet, le « géant des Pyrénées »!

Les sept mercenaires : Marcel, Francis, Ronnie, Claude, Bernard B., Bernard M. et Bernard H.

Montée aux lacs d'Orédon et de Cap de Long

Vendredi 2 juin 2017

Arrivés aux gîtes d'Aure, à Vielle-Aure, où nous avons été très chaleureusement accueillis par Annie et Marc, nous avons pris le repas ensemble. Puis nous avons regardé le ciel… très menaçant! Nous restions cependant décidés à aller rouler, mais le temps de nous mettre en tenue de vélo, un bel orage a éclaté! Lorsque la pluie s'est calmée, Bernard B. nous a fait remarquer qu'un petit coin plus clair semblait se dégager dans le ciel du sud! Du coup, au lieu d'escalader comme prévu au programme les fortes pentes du Pla d'Adet, nous nous sommes dirigés vers Aragnouet puis les lacs d'Orédon et de Cap de Long. Et nous y avons rencontré le soleil!

Profil de l'ascension jusqu'au barrage de Cap de Long

J'ai trouvé la montée difficile. J'ai même dit à mes camarades qu'elle me semblait plus difficile que le Tourmalet. C'est subjectif bien sûr. A l'appui de mon point de vue, on peut noter sur le profil ci-dessus les nombreux changements de pente qui obligent à jouer souvent du dérailleur. On remarquera aussi plusieurs secteurs en rouge, cette couleur indiquant des pentes supérieures à 10%, ce qu'on ne trouve pas dans le profil du Tourmalet.

Lac de Cap de Long

Certains se sont retrouvés à la fin des 22,6 km de montée, pour une photo prise non loin du barrage de Cap de Long, à 2161 m d'altitude (plus haut que le Tourmalet!)… Une montée à 6% de pente moyenne, mais avec des maxima à 12%.

Cap de Long : Bernard H., Francis, Bernard B. et Ronnie

Cap de Long : Claude, Francis, Ronnie et Bernard H.

Nous ne nous éternisons pas sur les lieux car il y fait plutôt frais! Au début de la descente, du haut des lacets, on bénéficie d'une perspective magnifique sur le lac d'Orédon. Sur la photo, on peut repérer Ronnie en rouge, et Francis en jaune.

Lacets entre Cap de Long et Lac d'Orédon

Col de Peyresourde (+ Col d'Azet - Val Louron)

Samedi 3 juin 2017

La météo annonçant des orages sur le coup de midi, il ne nous semble pas raisonnable de nous lancer à l'attaque du Tourmalet. Nous pensons que le choix du Col de Peyresourde permettra un retour avant la pluie… ce qui, on le verra, s'avérera un peu optimiste…

Départ des gîtes d'Aure

Pour l'heure, la brume sur Ancizan ne semble pas réellement menaçante.

Ancizan sous la brume

Après une douzaine de kilomètres, nous atteignons Arreau.

Mairie d'Arreau

La montée vers le Col de Peyresourde commence ici, mais sans pentes très fortes. L'ascension plus sérieuse, celle qui est prise en compte sur le profil ci-dessous, commence à Avajan.

Profil du Col de Peyresourde, depuis Avajan (en venant d'Arreau)

Dans les régions, des panneaux nous rappellent régulièrement que nous sommes sur la Route historique du Tour de France, depuis 1910!

Route du Tour de France

Le sommet du Col de Peyresourde est dans la brume… ou dans les nuages.

Col de Peyresourde en vue… ou presque!

Tout le monde se retrouve au sommet pour une photo souvenir, prise par Bernard B.

Col de Peyresourde : Bernard B., Francis, Ronnie, Bernard M., Claude et Marcel

Au bas de la descente, à proximité du lac de Génos, une grosse averse éclate.

Averse sur Loudenvielle

Tout le monde s'abrite sous l'auvent d'une station service.

Abri bienvenu à Loudenvielle

Quand l'averse se calme, le groupe repart avec la résolution de rentrer par la même route qu'à l'aller, c'est-à-dire par Arreau. Mais Bernard B. et moi choisissons d'aller quand même grimper le Col d'Azet.

Profil du Col d'Azet, depuis Génos

Le Tour de France 2018 passera par ce col… Voici le profil officiel de l'organisateur.

Profil du Col de Val-Louron-Azet, version Tour de France

Durant toute l'ascension, nous n'avons pas pris une goutte d'eau.

Bernard B. au Col d'Azet

Après le passage au sommet et pendant toute la descente, nous affrontons une forte averse avec du froid. Pas fâchés de rentrer sur Saint-Lary-Soulan!


Col du Tourmalet

Dimanche 4 juin 2017

La météo n'est guère plus engageante que samedi. Mais pour ceux qui sont venus exprès afin de grimper le Tourmalet, il n'est pas question de renoncer.

Nous faisons une approche en voiture jusqu'au lac de Payolle. Une descente de 7 km est nécessaire pour rejoindre Sainte-Marie-de-Campan.

La statue d'Eugène Christophe à Sainte-Marie-de-Campan

C'est là que commence l'ascension du Tourmalet. 17 km à 7,37% de pente moyenne sur la totalité. Cependant les 5 premiers kilomètres sont très accessibles. C'est ensuite que les choses se corsent : les 12 kilomètres suivants sont à 8,65% de moyenne, sans répit!

Profil du Col du Tourmalet, depuis Sainte-Marie-de-Campan

Dès le début, les trois Bernard prennent le large. Je reste avec le grupetto jusqu'au moment où la pente devient plus forte. Quand la pente dépasse les 7-8%, je préfère monter à mon rythme, qui est un peu plus rapide. Je m'arrête à l'endroit où Eugène Christophe a brisé sa fourche, en 1913. Un panneau a été implanté pour conserver le souvenir d'une des plus célèbres légendes du Tour.

Eugène Christophe

Compte tenue de la météo, il n'y a pas grand monde dans la traversée de La Mongie.

La Mongie

A l'approche du sommet, je croise les trois Bernard qui amorcent la descente. Je termine tranquillement mon ascension. Je prends quelques photos, notamment le panorama sur le versant opposé, vers Barèges.

Panorama depuis le Tourmalet

Ne voyant pas arriver le grupetto, je commence à redescendre sur quelques centaines de mètres… Les voilà! Demi-tour! Je retourne me poster au sommet du Tourmalet pour immortaliser le sprint entre Ronnie et Francis, qui ne seront départagés qu'à la "photo finish"!

Tourmalet : photo finish!

Une photo souvenir s'impose pour Ronnie, Francis et Marcel qui escaladaient le Tourmalet pour la première fois. Bravo à eux trois pour cette grande première!

Col du Tourmalet

Dans la descente, à partir de La Mongie, nous entrons dans un nuage. Il y fait particulièrement froid, la visibilité y est très faible, surtout pour les porteurs de lunettes embuées… Pas très agréable…

Nuage bas à partir de La Mongie

Pour épargner à nos trois néophytes du Tourmalet la remontée jusqu'au lac de Payolle, sur la route du Col d'Aspin, les Bernard et moi allons chercher les deux véhicules et descendons les récupérer à Sainte-Marie-de-Campan. Fin de la sortie du jour!

Profil de la montée au lac de Payolle depuis Sainte-Marie-de-Campan

Col d'Aspin

Lundi 5 juin 2017

Aujourd'hui, l'objectif est le Col d'Aspin, escaladé depuis Arreau. Nous ne sommes que six car Bernard M. préfère nous attendre au gîte. Francis, fatigué par ses trois premières grosses ascensions, est sur le point de renoncer, mais j'arrive à le convaincre de nous accompagner jusqu'à Arreau.

Sur la route d'Arreau, le long de la Neste d'Aure

Finalement, arrivé à Arreau, Francis décide de continuer avec nous jusqu'au sommet. Pour Marcel, cette ascension du Col d'Aspin est l'occasion de célébrer son anniversaire au sommet.

Anniversaire de Marcel dans le Col d'Aspin

Pour Francis et Ronnie, c'est une opportunité de compléter leur collection de cols rendus célèbres par le Tour de France.

Francis et ses gardes du corps dans le Col d'Aspin

Mais même si l'ascension du Tourmalet, la veille, a laissé des traces dans les cuisses, nos néophytes sont MO-TI-VÉS!

Ronnie, motivé et concentré dans le Col d'Aspin

Ce n'est pas inutile car, si cette montée ne figure pas parmi les plus difficiles, elle n'est pas non plus une simple formalité : 12 km à 6,5% de pente moyenne… Tout de même!

Profil du Col d'Aspin, depuis Arreau

L'ascension s'effectue dans la brume, mais sans pluie.

Col d'Aspin dans la brume

En arrivant au sommet, tout le monde se couvre avant de poser pour la photo! Ce serait ballot de prendre froid. Merci à Bernard B. pour la prise de vue.

Col d'Aspin : Bernard H., Ronnie, Marcel, Francois et Claude

Dans la descente, le ciel se dégage suffisamment pour découvrir de belles vues sur la vallée.

Vallée d'Arreau

La descente n'est pas la spécialité de Francis. Une halte pour l'attendre permet d'effectuer le regroupement.

Ronnie, Bernard H. et Bernard B. : en attendant Francis

Nous sommes bientôt de retour à Arreau, sous un rayon de soleil…

La Neste d'Aure, à Arreau

Nous sommes de retour à Vielle-Aure dans les délais pour prendre la douche puis bénéficier du repas à l'heure prévue.

Compte tenu des conditions météorologiques très médiocres, nous pouvons nous réjouir d'avoir pu rouler tous les jours et d'avoir effectuer les principales ascensions qui étaient l'objectif prioritaire de nos apprentis montagnards. Tout le monde est content de ce week-end, que demander de plus!

Claude
Photos personnelles, sauf mention contraire

LIENS :

Présentation du séjour sur notre site

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire