mercredi 30 juillet 2014

COL DE VARS ET COLS (AU PLURIEL!) DE LA CAYOLLE

Nous sommes venus passer quelques jours à Jausiers afin de terminer le Brevet des 7 Cols de l'Ubaye (voir la présentation de ce brevet sur notre site). En ce 30 juillet, il ne manque plus qu'un col à Marie-Ange pour l'obtenir : le Col de Vars. C'est donc notre premier objectif du jour…

Nous quittons Jausiers vers 8h. La météo a annoncé du beau temps, mais pour l'heure, le soleil a du mal à percer la brume matinale…

L'Ubaye à Jausiers, au niveau du Pont de Restefond La Bonette
A La Condamine-Châtelard, nous continuons à croire au beau temps à venir, malgré le plombage du ciel! Le soleil fait des efforts, c'est évident! Plus que nous d'ailleurs, car les premiers kilomètres du Col de Vars, c'est un faux-plat montant peu exigeant.

Traversée de La Condamine
Lorsque nous arrivons à hauteur de la forteresse de Tournoux, nous sentons que les efforts du soleil commencent à payer!

Percée du soleil sur l'Ubaye et sur la forteresse de Tournoux
A Saint-Paul-sur-Ubaye, à l'évidence, les nuages s'accrochent encore, ils tentent de résister, mais il est clair (c'est le cas de le dire!) qu'ils ne vont pas tarder à lâcher le morceau (ce qui n'est pas notre cas, naturellement!)

Arrivée à Saint-Paul-sur-Ubaye
En moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, nous voilà à la sortie de Saint-Paul et l'heure de la défaite a définitivement sonné pour la grisaille. On voit bien encore quelques vapeurs têtues qui tentent désespérément, dans un sursaut d'orgueil stérile, de se maintenir autour des cimes…

Sortie de Saint-Paul-sur-Ubaye
Mais c'est un ciel bleu quasiment limpide qui veille sur la fin de notre ascension, dans ces quatre ou cinq derniers kilomètres où le Col de Vars cherche à se montrer sévère, affichant des pentes autour des 9 ou 10%.

Grand beau temps sur le Col de Vars
Et voilà ! Le Col de Vars est atteint : Marie-Ange a bouclé brillamment (à l'instar du soleil du jour) son Brevet des 7 Cols de l'Ubaye. Je ne vous en dis pas plus et vous invite à lire son propre récit à ce sujet.

Col de Vars (2109 m)
En ce qui me concernent, les efforts du jour ne s'arrêtent pas là!

En effet, pour accompagner Marie-Ange sur la fin de son brevet, j'ai décidé de prendre une nouvelle carte de pointage et j'ai commencé un deuxième brevet. Or, après l'ascension du Col de Vars, il ne me manque plus que d'aller grimper une nouvelle fois le Col de la Cayolle pour en terminer.

Me sentant très bien après cette ascension, je décide d'enchaîner aussitôt ce joli col que j'ai découvert l'année dernière (voir l'article). Je laisse donc Marie-Ange rentrer à Jausiers à son rythme et je file.

Après une halte à Jausiers pour me restaurer, je poursuis vers Barcelonnette.

Le Col de la Cayolle n'est pas un col difficile. Il est juste un peu long : 29 km depuis Barcelonnette.

Profil du Col de la Cayolle
L'année dernière, j'étais parti très tôt. Le jour se levait à peine quand j'ai longé les Gorges du Bachelard et il y faisait franchement froid. Cette fois-ci, j'y arrive en début d'après-midi. Il fait bien meilleur, même si ce ne sont pas les grosses chaleurs cet été, et la lumière change complètement l'aspect des gorges.

Les Gorges du Bachelard
La montée s'effectue en douceur dans un cadre de verdure très apaisant…

Vallée du Bachelard
En arrivant à Fours, j'aperçois un point d'eau. Mon bidon étant presque vide, il est temps de refaire les niveaux. Je sors un sachet de poudre de perlimpinpin et compose une boisson "thé-pêche", à la fois rafraîchissante et énergétique. Bien que je n'en ressente pas le besoin, je consomme aussi un tube de gel… Ça fait plus d'un an que je le trimballe dans ma petite sacoche de cadre sans que j'aie eu besoin de m'en servir. La date limite d'utilisation étant dépassée, je me dis que le moment est venu de le sacrifier, afin d'éviter d'avoir un coup de mou sur la fin…

Entrée de Fours : pente à 4%
La suite de la montée m'éblouit. Si je m'écoutais, je n'arrêterais pas de prendre des photos. Je me réfrène un peu car je sais qu'à la fin, beaucoup se ressemblent… Surtout quand on ne sait pas distinguer les sommets les uns des autres.

Le refuge de Bayasse et la vallée
En photographiant le refuge de Bayasse, j'ai une pensée pour Olivier, qui en a été responsable pendant plusieurs années. Désormais il tient l'hôtel de Jausiers où nous sommes hébergés. Je reparlerai d'Olivier… Pour l'instant, je continue à monter, toujours sous le charme des paysages.

Pont sur le Bachelard 
Il y a quand même des occasions de photos que je n'ai pas envie de rater… Je me dis que celle-ci ne ressemblera pas aux autres.

Amas de rochers au milieu d'une prairie
En arrivant au Col de la Cayolle, je photographie deux Néerlandais, le père et le fils. Puis je me fais photographier à mon tour.

Col de la Cayolle (2326 m)
Il me reste à faire poinçonner ma carte du Brevet des 7 Cols de l'Ubaye. Mes deux nouveaux copains néerlandais cherchent comme moi la borne. Ce sont eux qui la trouvent les premiers. Elle n'est pas à proximité du col, mais à l'autre extrémité du parking.

Borne de pointage, avec au fond le refuge de la Cayolle
Ça y est! J'ai terminé une seconde fois le Brevet des 7 Cols de l'Ubaye. Ce soir, avec Marie-Ange, nous irons à l'Office de Tourisme de Barcelonnette pour récupérer le précieux document.

Brevet des 7 Cols de l'Ubaye
Mais l'histoire n'est pas finie!

En effet, en ce qui concerne le Club des Cent Cols (CCC), ces nouvelles ascensions de Vars et de la Cayolle ne m'apportent aucun bénéfice puisque je les ai déjà franchis l'année dernière. Mais j'ai une atout secret dans ma manche!

Hier soir, en consultant le catalogue des cols français, j'ai vu qu'il existait un "Ancien Col de la Cayolle", différent du nouveau et lui aussi homologué par le CCC. Et si j'y allais? Encore faut-il qu'il soit accessible avec mon vélo…
Grâce au lien inclus dans le catalogue informatisé, je peux le situer sur une carte. Manifestement il est en dehors de tout sentier. Sur le point de renoncer, j'interroge cependant Olivier, dont j'ai parlé plus haut. Il connaît le coin comme sa poche. Il me dit que l'Ancien Col de la Cayolle se trouve à 300 m du col actuel et qu'il n'y a aucun problème pour y aller. Il suffit de se frayer un passage à travers champ. Il me donne enfin un indice qui me sera très utile pour trouver le col : celui-ci est matérialisé par une ancienne borne frontière…

Première prairie traversée… Ça pourrait être un col, mais je n'ai pas fait 300 m. De toute façon, il n'y a pas de borne en vue…

Première prairie…
Deuxième prairie… Ça pourrait aussi être un col… Mais toujours pas de borne en vue…

Deuxième prairie…
Ce qui est clair, c'est que j'embête les marmottes. Elles doivent se demander ce que vient faire là ce vélo qui se balade sur le dos d'un imbécile… Je commence à me dire que je vais cesser de les déranger et retourner sur la route… Mais pas avant d'aller jeter un coup d'œil près de ce névé que j'aperçois là-bas, à une centaine de mètres…

Prairie et névé…
Bingo! Voilà la borne et le col!

Ancien Col de la Cayolle (2338 m)
D'un côté, la Croix de Savoie, symbole du Royaume de Piémont Sardaigne, de l'autre la Fleur de Lys, emblème du Royaume de France.

Ancien Col de la Cayolle (2338 m)
C'est mon 25e col à plus de 2000 m d'altitude. Ça mérite bien un petit souvenir… Mais comme les marmottes refusent catégoriquement de me photographier, j'en serai quitte pour me tirer le portrait tout seul. C'est très à la mode en ce moment! On appelle cet autoportrait photographique un "selfie", ou un "égoportrait" si on est Québécois.

Selfie à l'Ancien Col de la Cayolle (2338 m)
On pourrait croire que l'aventure se termine là. Que nenni!

Ce serait oublier un peut vite que je suis encore à 29 km de Barcelonnette — certes, tout en descente — et qu'il me restera ensuite environ 8 à 10 km, essentiellement en faux-plat montant, pour retourner à Jausiers, près du Château des Magnans où se trouve mon hébergement.

Jausiers, Château des Magnans
Un objectif en remplaçant un autre, je décide maintenant de m'entraîner et de me mettre en confiance en vue de mon prochain défi de l'été. En effet, je manque encore de repères cette année sur des parcours alliant à la fois distance et dénivelé. Or le Brevet de Grimpeur du Ballon d'Alsace, prévu courant août (voir le récit), c'est plus de 130 km et 2900 m de D+.

Je profite donc de ces presque 40 km pour m'assurer que les jambes tiennent bien la distance. Je fais d'abord la descente sans musarder, tout en relançant lorsque la pente est faible. Puis, tout en maintenant un effort raisonnable, je couvre la distance entre Barcelonnette et Jausiers en restant toujours autour de 30 km à l'heure. A la fin, je sens que ça commence à tirer un peu sur les cuisses, mais au niveau cardiaque et respiratoire, tout va très bien.

A l'arrivée, le GPS annonce 123 km et 2165 m de D+. Bien sûr, il faudra faire plus pour être Grand As du Ballon d'Alsace. Mais je sais maintenant que c'est tout à fait jouable.

Voilà une journée bien remplie, et riche en objectifs atteints. Excellent pour la confiance!

Claude
Photos personnelles

LIENS :

➜ Lire l'histoire de l'Ancien Col de la Cayolle (petite étude personnelle)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire