mercredi 18 février 2015

DALI ET LE VÉLO

Salvador Dali était un artiste de génie aux œuvres surréalistes! Chacun connait notamment ses montres molles...

La persistance de la mémoire, 1931
(Huile sur toile, H. 24,1 x l. 33 cm, The Museum of Modern Art, New York)

Pour le coureur professionnel sur le point de s'aligner dans une épreuve contre la montre, la hantise, ce serait plutôt que ses jambes soient molles.

On connaît aussi les délires chocolatesques de Dali…
(N'hésitez pas à regarder la vidéo, elle ne dure que 17 secondes!)



Le monde du cyclisme a longtemps été "fou" d'autres sortes de produits… Je n'ose imaginer l'impact fulgurant d'une publicité pour barres énergétiques utilisant le même scénario, avec Lance Armstrong dans le rôle de Dali…

On sait aussi qu'en tant que géographe accompli, Salvador Dali avait su situer précisément le centre du monde à la gare de Perpignan, dont il disait : « C'est toujours à la gare de Perpignan [...] que me viennent les idées les plus géniales de ma vie [...] L'arrivée à la gare de Perpignan est l'occasion d'une véritable éjaculation mentale qui atteint alors sa plus grande et sublime hauteur spéculative [...] Eh bien, ce 19 septembre, j'ai eu à la gare de Perpignan une espèce d'extase cosmogonique plus forte que les précédentes. J'ai eu une vision exacte de la constitution de l'univers. L'univers qui est l'une des choses les plus limitées qui existe serait, toutes proportions gardées, semblable par sa structure à la gare de Perpignan. »

Panneau indiquant la gare, à Perpignan

Vue l'importance cosmogonique du site, il faudra que je vérifie si cette indication est correctement programmée dans mon GPS.


Dali fait du vélo

Ce qu'on sait moins, en revanche, c'est que Dali faisait du vélo! Certes, il n'avait qu'une pratique très citadine et une tenue vestimentaire peu adaptée, mais il pratiquait... à sa façon.

Salvador Dali, rue de Rivoli à Paris (1967)

Le même, au même endroit, vu sous un autre angle…

Salvador Dali, rue de Rivoli à Paris (1967)

L'histoire ne dit pas si les tableaux qu'il transportait à vélo avaient des cadres… en carbone. Ce qui est sûr, c'est que, comme la gare de Perpignan, le vélo fut occasionnellement pour l'artiste une source d'inspiration…

Bicyclette de Salvador Dali, Musée Salvador Dali, à Saint-Petersbourg

L'intérêt indéniable de ce genre de vélo, conçu par l'artiste, c'est qu'il rend définitivement inutile l'utilisation d'un antivol… tant qu'on ne sait pas qu'il s'agit d'une œuvre de Dali!

Quand on vous disait que Dali était un génie!…

“Dali et le vélo” inspirent aussi des artistes contemporains, tels que Mike Joos… En voici une œuvre qu'on pourrait par exemple intituler : “Course avec la montre”.

« Salvador Dali riding bike with melting clock wheels », Mike Joos, 2011

Symphony bicyclette et Babaouo

Le "vélo mou” n'est pas la seule œuvre de Dali rendant hommage à la bicyclette. Le tableau “Symphony bicyclette” montre plusieurs dizaines de cyclistes en action, le terme “action” étant peut-être inapproprié puisque Dali affirme qu'il s'agit d'une « épreuve de sur place ».

Voici comment l'artiste décrit la scène :

« La litho représente un nombre incalculable de cyclistes qui s’affrontent dans une épreuve de “sur place” en tenant une pierre en équilibre sur leur tête. Tous les cyclistes sont barbus. Au centre, une tour en forme de proue de bateau fait office d’arbitre de chaise. A noter que toute la végétation s’embrase avant que le spectacle ne commence, ce qui empêche les spectateurs d’être distraits. La vue depuis le haut de la tour est magnifique. Encadrée des fumerolles qui s’envolent, une centaine de cyclistes se faufilent sous un soleil couchant en toile de fond. Dans la tour, Harpo complètement déjanté joue de la harpe comme un Néron des Temps modernes. A ses côtés, Groucho fume tout en tournant nonchalamment le dos au spectacle. Tout près de là, couchés côte à côte, la “Femme surréaliste” et Jimmy regardent le spectacle. A l’arrière plan, on voit Chico revêtu d’un costume de plongée qui accompagne Harpo au piano. Eparpillé dans l’allée qui mène à la tour, un orchestre interprète la partition de musique avec une fougue wagnérienne. »
Dali : Symphony Bicyclette

Dali ne nous disant pas quel sens il attribue à l'immobilisme des cyclistes, ni à la pierre qu'il doivent garder en équilibre sur leur tête, chacun est libre d'interpréter ces symboles à sa guise.

Me référant à la présence des Marx Brothers, Harpo, Groucho et Chico, comiques célèbres pour leur sens de la dérision, et à cet orchestre festif dans lequel ils jouent, j'opterais volontiers pour un raisonnement par l'absurde. J'ai plaisir à imaginer qu'au travers de cette sombre représentation de la bicyclette, Dali nous invite à nous libérer des carcans qui pèsent sur (et dans) nos têtes ainsi que des épreuves stupides et de l'immobilisme. Voyons résolument le vélo comme un moyen de nous libérer l'esprit tout en nous mettant en mouvement, dans une “symphonie de liberté à bicyclette”…

Symphony Bicyclette, détail

On remarquera que sur une affiche du film surréaliste “Babaouo”, dont Dali a écrit le scénario en 1932, plusieurs cyclistes barbus apparaissent également avec une longue pierre sur la tête.
Babaouo, affiche

Le cycliste surréaliste représenté sur le dessin ci-dessous n'échappe pas à la règle dalinienne : la pratique de la bicyclette ne se conçoit, semble-t-il, qu'avec une pierre sur la tête!

Babaouo, dessin

Bref, le vélo selon Salvador Dali, ce n'est manifestement pas une partie de plaisir… Mais il ne tient qu'à nous de tenter de lui prouver le contraire!

Claude
Origine des photos et vidéo : Internet

LIENS :

➜ Voir aussi mon article : Le vélo vu par les peintres et les sculpteurs

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire