dimanche 5 mai 2013

RANDONNÉE EN VALLESPIR, LE BOULOU

PYRÉNÉES ORIENTALES

En quittant Roses, le samedi 4 au matin, nous n'avions pas beaucoup de route à faire. Nous avions en effet décidé de dormir le soir-même au Boulou, afin de participer le dimanche matin à la Randonnée en Vallespir, organisée par l'Amicale Cyclo Le Boulou.

Avant de réserver la chambre d'hôtel, Marie-Ange avait pris la peine de téléphoner au responsable du club afin qu'il nous confirme que la randonnée aurait bien lieu. Ça nous est déjà arrivé de faire de longs déplacements pour rien en 2011 et en 2012, alors on se méfie!!!
Le correspondant nous ayant confirmé l'organisation de la randonnée, il nous a en outre précisé que les deux plus grands parcours, 62 ou 85 km, nous faisaient escalader chacun un col: le Col de Llauro (alt. 380 m) sur le "62" et le Col de Sous (alt. 998 m) sur le "85".

Ayant de la route à faire l'après-midi, pour nous rendre dans la haute vallée de l'Aude où nous attendent d'autres aventures vélocipédiques, nous arrivons à l'accueil, au stade des Échards, avec la ferme intention de nous contenter du "62". Mais nos hôtes nous invitent à être plus audacieux : « Il est tôt, vous avez le temps! Et puis il fait beau! Vous verrez, la boucle vers Prats-de-Mollo et le Col de Sous est magnifique... Vous ne regretterez pas! »

Devant ces arguments imparables, je suis vite convaincu. Je me tourne vers Marie-Ange qui, manifestement, n'est pas insensible non plus à cette plaidoirie! Banco! Nous nous engageons donc sur le "85"... qui s'avérera être un "92", kilométrage confirmé par les organisateurs à l'arrivée. Le Président précisant en souriant et avec l'accent : « Si on vous avait dit "92" au départ, vous n'y seriez peut-être pas allés… »

Profil
A noter que la randonnée n'est pas fléchée. Il faudra se contenter de la feuille de route fournie à l'accueil et de la carte Michelin que j'ai pris la précaution d'emporter. Compte tenu de la simplicité du parcours, il faut reconnaître que le fléchage n'était pas nécessaire. J'aurai juste recours à la carte de temps en temps pour mieux situer les endroits où nous passons…

Amélie-les-Bains
Nous voilà donc partis vers Saint-Jean-Pla-de-Corts, puis Céret, Amélie-les-Bains et Arles-sur-Tech. Pendant des kilomètres, c'est un long faux-plat montant qui suit la rivière, Le Tech. De temps en temps, ça redescend un peu, mais rarement. Nous passons de l'altitude 76 au Boulou à 290 m à Arles-sur-Tech, soit, selon Openrunner, 282 m de D+ en 22 km. Une pente moyenne plus que raisonnable. Ensuite, la pente s'accentue jusqu'au premier ravitaillement à Le Tech, au 35e kilomètre (altitude: 533 m; 300 m de D+ sur 13 km).

Ravitaillement Le Tech : des jeunes très souriants pour nous accueillir
Au ravitaillement, nous sommes accueillis par trois jeunes venus aider la famille. Les deux garçons nous avouent être plutôt rugbymen, l'un d'eux pratiquant quand même occasionnellement un peu de VTT. A ce ravitaillement, nous avons la surprise de rencontrer un cyclo de l'US Villejuif, venu lui aussi se perdre en Vallespir!!! Étonnant, non?!

La montée se poursuit vers Prats-de-Mollo (on prononce le "t" et le "s" et on dit "dé molio"! A la Catalane! Un des jeunes du ravito me l'a confirmé en me corrigeant aimablement lorsque je l'ai prononcé à la française, pour ne pas avoir l'air de faire mon "malin"...). Avant d'attaquer le col proprement dit, nous sommes déjà à 742 m d'altitude et au kilomètre 41. Sept kilomètres plus loin, nous franchissons le Col de Sous. Sur la feuille de route, le nom est écrit "Saous", sur le panneau au passage du col: "Soous". L'explication la plus probable de ces orthographes multiples, c'est qu'en Catalan, "Sous" (sans doute la forme véritable) se prononce à peu près "so-ousse". Je suppose donc que les orthographes "Saous" et "Soous" sont des tentatives pour rapprocher l'orthographe de la prononciation locale. Autre curiosité de ce col: sur la carte, il est à 998 m d'altitude, le club des Cent Cols l'estime à 1000 m et Openrunner le situe à 1030! Personnellement, l'idée d'avoir mis dans le 1000 me convient parfaitement!

Claude au Col de Sous (Pyrénées Orientales), 1000 m d'altitude
Marie-Ange au Col de Sous
Petite "misère" après la séance photo en haut du col: je constate que j'ai une crevaison lente à l'avant. En examinant le pneu pour détecter le petit bout de silex coupable, je constate que mon pneu, entaillé en de multiples endroits, est en fin de vie. Je le changerai à l'hôtel ce soir (j'ai prévu un pneu de rechange), sinon les crevaisons risquent de se multiplier et de gâcher mes prochaines sorties...

C'est en redescendant du col, en direction de Le Tech, que nous verrons les paysages les plus beaux du parcours: vallées encaissées, cascades, hameaux perchés, et notamment cette vue sur le Canigou dont le sommet est encore enneigé.

Dans la descente après le Col de Sous
Le sommet du Canigou
Après un nouvel arrêt au ravitaillement (Le Tech), nous nous apprêtons à parcourir les 35 km qui nous restent, pratiquement tout en faux-plat descendant et par la même route qu'à l'aller. Nouvelle "misère" pour mon vélo pendant la descente: la cocotte de frein du côté droit se met à bouger et il suffit que je m'appuie un peu dessus pour que cela freine. J'avais eu le même problème avec la cocotte gauche le dimanche précédent, lors de la première sortie à Roses. Ce jour-là, Thierry R. m'avait aimablement dépanné et m'avait montré comment resserrer la cocotte. Sachant que je vais pouvoir régler le problème moi-même, je ne suis pas inquiet. C'est juste un autre petit boulot pour ma soirée!... En attendant, il faut gérer le retour en évitant de m'appuyer dessus.

A notre arrivée au stade des Échards, après 92 km et 1200 m de D+, nous apprenons qu'il y avait 150 participants cette année. Une grosse satisfaction pour l'AC Le Boulou puisque l'année dernière, par temps exécrable, ils étaient 1 à s'élancer sur cette rando!!! Ils avaient quand même assuré le ravito pour cet unique courageux!

Nous sommes très chaleureusement accueillis par les bénévoles du club. Pour nous remercier d'avoir fait le déplacement, le président nous offre un pack de trois bouteilles de Côtes du Roussillon: un bouteille de rouge, une de blanc et une de rosé (production des Vignerons du Vallespir). Je propose une photo souvenir avec le président... La dame qui accepte de jouer au photographe invite d'autres personnes à se joindre à nous…

Photo souvenir avec, à ma droite le président actuel de l'AC Le Boulou, et à ma gauche le futur président. En vedette: les trois bouteilles de Côtes du Roussillon!
Ensuite, on nous présente à la famille, comme si nous étions des amis de longue date: la femme d'untel, la grand-mère de l'autre, âgée de 90 ans et originaire d'Alicante, les enfants, les amis... On nous raconte la vie du club, les projets, les difficultés... Tout cela avec l'accent et la bonne humeur. On nous invite même à partager le repas des bénévoles! Nous sommes très touchés par cet élan de sympathie... Mais nous déclinons l'invitation car nous partons pour la haute vallée de l'Aude, à la limite de l'Ariège. 2h30 de voiture nous attendent... Ce ne serait pas prudent de prendre la route après un repas festif catalan! Mais nous garderons le souvenir d'un accueil particulièrement amical.

Pour finir, je ne résiste pas à l'envie de partager la photo ci-dessous, prise sur la route de l'Aude et de l'Ariège, un petit clin d'œil amusant à MA, Marie-Ange ou encore Emma, comme dit JPB... Malgré mes petites "misères" mécaniques, cette journée aura été placée sous le signe du sourire!

Claude
Photos personnelles

Encouragements pour MA!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire