mardi 15 avril 2014

DE BEAUFORT-SUR-GERVANNE AU COL DES LIMOUCHES (100 COLS EN DRÔME)

RANDONNÉE PERMANENTE DU CLUB DES CENT COLS

Retrouvez sur notre site la page 100 cols en Drôme, qui récapitule tous nos articles concernant cette randonnée (séjours d'octobre 2013, d'avril et d'octobre 2014).

Présentation succincte du parcours

Une boucle + deux allers-retours pour un total de 63 km avec 7 cols franchis :
  • Col de Bacchus (980 m)
  • Col des Limouches (1086 m)
  • Col de Toutes Aures (401 m)
  • Pas de Boussière (750 m)
  • Pas de Frécou (841 m)
  • Le Col, près de Beaufort-sur-Gervanne (410 m), franchi en descente
  • Col de la Boîte (419 m)
Nous avons également franchi le Col Jérôme Cavalli (842 m), non reconnu par le Club des Cent Cols.

D+ cumulé : 1400 m

—> Toutes nos photos sur Flickr

Le résumé de la journée…

Au départ de Beaufort-sur-Gervanne, le vent était déjà sensible, mais supportable. Il est devenu de plus en plus violent à mesure que nous montions vers Plan-de-Baix.

Le rocher du Vellan, près de Plan-de-Baix, pendant l'ascension du Col de Bacchus
Après le village, en continuant plein nord vers le Col de Bacchus (alt. 978 m), le vent est devenu vraiment très, très gênant : mistral de face soufflant à 50 km/h en moyenne, mais avec des rafales à plus de 70 km/h!
Cette montée, longue de 11,5 km pour 619 m de D+, est devenue un vrai défi pour Marie-Ange qui, à cause de son poids "mouche", avait à la fois du mal à garder la trajectoire et à continuer à avancer. Sensation très stressante si j'en crois les exclamations que j'ai entendues sur toute la fin de l'ascension. Je ne me souviens plus de tous les noms d'oiseaux, mais le Mistral devait avoir les oreilles qui sifflaient!!!

Le Col de Bacchus (978 m), très éprouvant avec un fort vent de face
Nous avons un peu hésité à poursuivre cette boucle. Vent de face, c'est dur! Et vent latéral, c'est encore pire. Par moments, les rafales vous poussent comme une voile de trimaran de compétition au point de vous faire traverser la chaussée. Ce n'est pas rassurant, c'est le moins qu'on puisse dire. Cependant, à l'instar de ladite voile, nous ne nous sommes pas… dégonflés!

Dans le Col des Limouches, nous avons bénéficié d'un peu de répit : la montagne nous protégeait suffisamment du vent.

Col des Limouches (1086 m)
En revanche, dans la descente vers Peyrus, nous avons été obligés de réduire considérablement la vitesse (j'allais dire "la voilure"!) pour ne pas être déportés brutalement. Dans les virages, c'était particulièrement délicat à cause du changement rapide de prise au vent qui nous déséquilibrait.

Arrivés à Peyrus, nous avons cherché un endroit abrité pour manger un morceau et… souffler un peu!

Pique-nique à Peyrus
Après Peyrus, un petit aller-retour de quelques kilomètres face au vent nous a permis d'engranger un petit col supplémentaire : le Col de Toutes Aures (400 m). À propos de ce nom, j'ai repéré qu'il existait plusieurs cols ainsi dénommés, notamment un que j'ai franchi l'année dernière sur l'Ardéchoise. Curieux de savoir ce qu'il signifiait, j'ai fait une petite recherche : "Toutes Aures" veut dire "tous les vents". CQFD!

Le Col de Toutes Aures (400 m)
Et maintenant, cap au sud!!! Cette fois, nous aurons le VENT EN POUPE pendant des kilomètres! Ouf! Ça fait du bien!

Après une deuxième traversée de Peyrus, direction Châteaudouble, où nous découvrons un… un??? château! (c'était facile, quand même!)

Château de Châteaudouble
A partir de Combovin, nous abordons une nouvelle ascension assez longue, environ 9 km, en direction de deux cols homologués, mais non signalés : ni panneaux indicateurs, ni panneaux au passage des cols, et rien sur ma carte Michelin. Le Pas de Boussière (750 m) et le Pas de Frécou (841 m) ne semblent être connus que des collectionneurs de cols!

L'ascension nous laisse le temps d'admirer la Grand' Dent (976 m au sommet), sauf quand un virage nous ramène sous les assauts du vent qui redevient violent dès qu'il est latéral ou défavorable! Là, on délaisse le paysage pour se concentrer sur la trajectoire du vélo, qui semble soudain vouloir… voler de ses propres ailes.

La Grand' Dent (976 m), vue pendant la montée vers le Pas de Boussière
Peu après le Pas de Frécou, nous franchissons un col qui, contrairement aux deux précédents, n'est pas reconnu par le Club des Cent Cols : le Col Jérôme Cavalli. Celui-là est dûment indiqué, et même d'assez loin, et il figure sur ma carte. Les arguments du Club pour ne pas l'homologuer se justifient sans doute, en vertu de la règle interne. Personnellement, même si cette règle a toute sa légitimité et sa logique, je serais d'avis de la nuancer. Dès l'instant qu'une autorité légale "panneaute" et que les cartes en tiennent compte, je ne vois pas pourquoi un col ne serait pas automatiquement reconnu… Mais bon, ce n'est pas moi qui décide!

Col Jérôme Cavalli (842 m)
Dans la descente qui nous ramène à Beaufort-sur-Gervanne, nous sommes de nouveau tenus à une grande vigilance à cause des rafales de vent.

Presque arrivés au terme de notre boucle, sans même nous en apercevoir, nous franchissons un petit col, nommé tout simplement "Le Col". Il n'est pas sur la carte. Pas de panneau sur la route. Mais celui-ci compte. Il est dans le catalogue des cols français, le "Chauvot", ainsi que sur la feuille de route de la randonnée 100 cols en Drôme! Bon. C'est la règle du jeu!…

La Gervanne, non loin de Beaufort
Pour terminer cette journée, nous avons ajouté un dernier petit col, sous la forme d'un aller-retour : le Col de la Boîte (419 m), dont le panneau, très artisanal, nous a beaucoup amusés.

Le Col de la Boîte
Au final, ce fut une belle journée ensoleillée, avec un bon bilan question "nouveaux cols" et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'on a pris l'air! Ce ne sont pas les As de l'Aviation Française qui nous contrediront!

Claude
Photos personnelles

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire