vendredi 3 janvier 2014

FERNAND LÉGER ET LES CYCLISTES

Fernand Léger (1881-1955) est un peintre français qui a peint de nombreuses œuvres où sont représentés des cyclistes et des vélos.

Les quatre cyclistes

Voici tout d'abord une étude consacrée à l'une de ces œuvres…

Sur ce tableau de Fernand Léger, couleur et dessin sont dissociés. La couleur de l'arrière-plan est libérée de l'obligation d'épouser les contours de l'objet. Fernand Léger a commenté ainsi son travail :

« En 1942, quand j'étais à New York, j'ai été frappé par les projecteurs publicitaires de Broadway qui balaient la rue. Vous êtes là, vous parlez à quelqu'un et, tout à coup, il devient bleu. Puis la couleur passe, une autre arrive, et il devient rouge, jaune. Cette couleur-là, la couleur du projecteur est libre: elle est dans l'espace. J'ai voulu faire la même chose dans mes toiles. »


Les Quatre Cyclistes (1943-1948)

On remarquera l'emploi de couleurs vives, chères à Fernand Léger, qui ne sont pas sans évoquer les couleurs de nos maillots... On notera également l'évocation de la nature, une très nette touche féminine… L'ensemble, par la vitalité de la couleur, la puissance des formes, la franchise des contrastes, respire le calme, la sérénité, l'optimisme. Bel hommage à la bicyclette, moyen idéal de transport et de détente, pour des pratiquants pleins de santé, d'énergie, de vie et de dynamisme !


Autres œuvres

Dans de nombreuses autres œuvres, on retrouve les mêmes concepts : couleurs et dessins dissociés, couleurs vives, dynamisme…

Les Cyclistes (1944)

Les Cyclistes (1944)

Les Belles Cyclistes (1945)
Le Cycliste (1948)

Lithographie extraite de l'album « Le Cirque » (1950)



Les deux cyclistes, la mère et l'enfant (1951)
On compte cependant quelques œuvres dans lesquelles couleurs et formes ne sont pas dissociées…
La grande Julie (1945)
Deux œuvres portant le même titre, “Les loisirs”, semblent relever du principe du jeu des différences. Au premier regard, c'est la différence des couleurs qui saute aux yeux. Mais l'observateur attentif pourra y repérer bien d'autres variations.
Les loisirs, hommage à Louis David (1948-49)

Les loisirs sur fond rouge (1949)

En 1950, dans un album intitulé “Le cirque”, Fernand Léger consacre deux lithographies au vélo… Le texte de la première ne manque pas d'humour.
Lithographie extraite de l'album « Le Cirque » (1950)

Lithographie extraite de l'album « Le Cirque » (1950)

Je terminerai par une œuvre qui dénote. Après l'avalanche de couleurs vives, si caractéristique des œuvres de Fernand Léger, le noir et blanc surprend. Cette composition fait ici l'effet d'un album à colorier…

Les cyclistes (1948) 
Encre de chine, gouache et mine de plomb sur papier, 48 x 62,5 cm.
Centre Georges Pompidou, Paris

Claude
Illustrations trouvées sur Internet

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire