mardi 9 juin 2015

PARIS-BAYONNE 2015, 7e ÉTAPE : BAGNÈRES-DE-LUCHON - ARREAU

➜ Etape précédente : Auch-Bagnères-de-Luchon — Etape suivante : Arreau-Argelès-Gazost

Avertissement : les douleurs de genoux et les prévisions météos annonçant de nouveaux orages pour l'après-midi nous ont incités à la prudence, de façon à préserver nos facultés pour les étapes suivantes. Profitant du fait que des boucles pouvaient être éludées, Alain et moi avons donc écourté le parcours, chacun à sa façon, tout en joignant les villes de départ et d'arrivée sur le vélo. Détails ci-dessous.

Les données de l'étape (parcours complet)

Distance : 122 km.
Horaires de passage calculés sur une moyenne basse de 16 km/h.
D+ : 3160 m (selon Openrunner)
Tracé officiel sur Openrunner : 4242651
Départements traversés : Haute-Garonne (31), Hautes-Pyrénées (65).
Temps couvert, avec quelques éclaircies. Pas une goutte de pluie.
Température moyenne : 17°.

7e étape, parcours officiel

Les données pour moi

98 km au compteur.
Ma moyenne : 17,2 km/h.
D+ :  2691 m (GPS).
Principales ascensions : Port de Balès (1755 m), Col de Peyresourde (1569 m).

Profil de mon parcours
Les données pour Alain

Distance : 63 km.
Moyenne :14 km/h.
D+ : 1700 m (GPS).
Principales ascensions : Col de Peyresourde (1569 m), Col de Val Louron - Azet (1580 m)

Le récit

Le froid lors de l'étape d'hier a fait des dégâts et ce matin, les organismes étaient fatigués. Dure, très dure pour certains l'étape du jour.

En ce qui nous concerne, comme je l'ai dit plus haut, nous avons décidé d'alléger le programme. L'étape était annoncée pour 122 km avec trois cols : Balès, Peyresourde et Val Louron - Azet. Entre Bagnères-de-Luchon et Arreau, villes distantes d'une trentaine de kilomètres à peine, seul le Col de Peyresourde était incontournable. Alain et moi avions décidé de nous contenter de deux cols, mais comme nos choix différaient, chacun a repris sa liberté.

Départ de Bagnères-de-Luchon

La journée d'Alain

Alain, qui avait déjà monté le Port de Balès (dans une autre vie!), a opté pour les ascensions des cols de Peyresourde et d'Azet.

Il a roulé tranquille, pour ménager ses genoux. A l'arrivée, 63 km et un petit 14 km/h de moyenne, dû aux nombreuses pauses pour prendre des photos, ainsi qu'aux raidards rencontrés dans le col d'Azet (10% de pente sur certains tronçons de la montée). Il est arrivé trop tôt pour le plateau repas à Peyragudes; pas grave : il a fini son parcours et s'est offert un petit resto en arrivant à Arreau!

Promenade à Arreau (photo d'Alain)

Ma journée

Pour ma part, j'ai préféré m'aventurer sur les pentes du Port de Balès, avant de gravir Peyresourde.

La journée a commencé par 20 km de descente à la fraîche pour rejoindre la vallée de la Garonne (les 20 km que nous avions monté la veille en fin d'étape!). 10° au GPS en arrivant dans la vallée…

Descente à la fraîche (photo Franck, AAOC)
 Les premières rampes nous étaient proposées à partir de Siradan.

Siradan : on approche des premières rampes
J'ai roulé quelques kilomètres avec Guy M., jusqu'à Mauléon-Barousse. C'est là que commence vraiment le Port de Balès (voir les caractéristique et le profil ci-dessous, en bonus).

Derrière Guy, à Mauléon-Barousse (photo Sylvain, AAOC)
Ensuite, j'ai eu le plaisir de partager un bout de route avec Vincent P., du VS Villecresnois, puis avec Jean-Yves J., du VCR Mandres-les-Roses, deux cyclos avec qui j'avais déjà roulé sur les deux Euro PN auxquelles j'ai participé.

Derrière Vincent, le long de l'Ourse de Ferrère
Vincent, c'est lui…

Vincent (photo Sylvain, AAOC)
Et voilà Jean-Yves, suivi par la voiture du directeur de l'organisation, André Leroux!

Jean-Yves (photo Sylvain, AAOC)
Dans le Port de Balès, nous avons été surpris par l'état de la route : caillasse, coulées de boue, conditions de roulage difficiles en plusieurs secteurs.

Montée du Port de Balès
A d'autres endroits cependant, la route était superbe.

Montée du Port de Balès
Le temps a commencé à se couvrir, à mesure qu'on approchait du sommet.

Montée du Port de Balès
Quand les premiers sont passés au sommet, le soleil brillait encore. Pour ma part, j'ai fini dans la brume…

Port de Balès (1755 m)
Après 6 km de descente, j'ai marqué une rapide pause ravito à Bourg-d'Oueil, avant d'attaquer la suite de la descente, longue d'encore 9 km.

A partir du lieu-dit "La Colonne", on rejoignait la route du Col de Peyresourde, venant de Bagnères-de-Luchon, l'ancienne nationale devenue D618. C'était reparti pour 11,5 km d'ascension. (voir les caractéristique et le profil ci-dessous, en bonus)

J'ai eu un peu de soleil sur le début, puis de plus en plus de nuages.

A 3 km du sommet du Col de Peyresourde
 Le temps restait tout de même suffisamment dégagé pour pouvoir apprécier le paysage… Et j'étais encore capable de sortir l'appareil tout en roulant et de prendre la photo “au vol”.

Dans le Col de Peyresourde
A l'approche du sommet, j'ai été doublé par Raymond Martin et par Céline. Celle-ci ayant accumulé les soucis mécaniques (dérailleur, crevaisons…), Raymond l'avait attendue. Seul depuis le début de l'ascension, j'ai été content de les saluer au passage. Je n'ai pas cherché à prendre leurs roues pour garder mon rythme.

Peu après, j'apercevais le panneau “Sommet à 1 km”, une sympathique initiative de l'organisation…

Sommet 1 km
Et voilà le sommet ! Le moment est venu de quitter la Haute-Garonne et d'entrer dans les Hautes-Pyrénées.

Col de Peyresourde (1569 m)
Un peu après le sommet, j'ai rejoint Céline et Raymond et je suis resté avec eux jusqu'à la station de Peyragudes (alt. 1600 m), où était servi le repas.

Arrivée sur Peyragudes
A Peyragudes, les habituels bénévoles préposés aux repas nous attendaient pour nous chouchouter comme chaque midi : Danièle, Marie-Claude, Béatrice, Marie-Antoinette, Claude O. et Louis, "chef de plateaux". Merci à vous tous!

Peyragudes : Danièle et Marie-Claude
Comme j'expliquais à Claude O. que je redoutais un nouvel orage sur le Col d'Azet (après celui du Col de Menté la veille), ce qui n'aurait pas arrangé les affaires de mes genoux sensibles, il m'a conseillé de ne pas prendre de risques et m'a approuvé dans mon intention de me ménager pour les étapes suivantes.

J'ai donc mis le cap sur Arreau et je suis rentré suffisamment tôt à l'hôtel pour pouvoir faire une sieste réparatrice. J'étais loin d'être le seul à avoir choisi l'option “sans le Col d'Azet” car de nombreux vélos étaient déjà entreposés dans le local de l'hôtel lorsque je suis arrivé. Ceux qui ont fait “Azet” dans l'après-midi, m'ont dit que c'était très beau et qu'il n'avait pas plu! Mais je n'ai aucun regret… car la sieste, c'est TOP!

Claude
Photos personnelles, sauf mention contraire (AAOC)

PS : Voir ci-dessous le profil des ascensions (bonus).

LIENS :

➜ La présentation du Paris-Bayonne 2015 sur le site “Claude et Marie-Ange font du vélo”.
➜ Présentation sur le site de l'AAOC.
➜ Les photos de Sylvain : 7e étape.
➜ Les photos de l'AAOC (Franck et autres) : 7e étape.
➜ Toutes mes photos sur Flickr (+ une sélection de photos téléchargées)

BONUS : 

Profil des ascensions :

1. Port de Balès
• Pente moyenne : 6,3 % (pente maxi : 11,1%)
• Distance : 19 km
• Altitude départ : 570 m
• Altitude top : 1755 m
• Dénivelée : 1185 m

Profil du Port de Balès, depuis Mauléon-Barousse

2. Col de Peyresourde (depuis lieu-dit "La Colonne")
• Pente moyenne : 6,4 % (pente maxi : 11,7%)
• Distance : 11,5 km
• Altitude départ : 829 m
• Altitude top : 1569 m
• Dénivelée : 740 m

NB : En venant de Bagnères-de-Luchon (cas d'Alain), + 4 km et + 200 m de dénivelée.

Profil du Col de Peyresourde, depuis Bagnères-de-Luchon
Seulement sur le parcours d'Alain :

3. Col de Val Louron - Azet
• Pente moyenne: 8.3 %
• Distance: 7.47 km
• Altitude départ: 960 m
• Altitude top: 1580 m
• Dénivelée: 620 m

Profil du Col d'Azet, depuis Genos

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire