mercredi 10 juin 2015

PARIS-BAYONNE 2015, 8e ÉTAPE : ARREAU - ARGELÈS-GAZOST

➜ Etape précédente : Bagnères-de-Luchon-Arreau — Etape suivante : Argelès-Gazost-Laroin

Les données de l'étape, option sans Hautacam

Distance : 80 km annoncés, 81 km au compteur.
Horaires de passage calculés sur une moyenne basse de 14,5 km/h.
Ma moyenne : 15,8 km/h.
D+ : 2678 m (selon Openrunner), 2559 m selon GPS
Tracé officiel sur Openrunner : 4242715
Principales ascensions : Col d'Aspin (1489 m), Col du Tourmalet (2115 m)
Départements traversés : Hautes-Pyrénées (65)
BCN-BPF : Col du Tourmalet (dépt. 65)
Temps très couvert et pluie
Température moyenne : 10° (7° en haut du Tourmalet, 6° au plus froid de la descente)

8e étape, parcours complet

Profil de l'étape, sans la montée à Hautacam

Le récit

Une petite pluie fine nous a accueillis ce matin, à 7h30, sur la ligne de départ, devant la mairie d'Arreau. Comme chaque matin depuis quelques jours, je vais faire soigner ma main gauche auprès des bénévoles de la Croix Rouge! Ils ont de la pommade magique! J'en profite pour les remercier de leur disponibilité.

Mairie d'Arreau, à quelques minutes du départ
La pluie était annoncée pour toute la journée, mais pas en continu. En fait, elle s'est calmée très vite et nous a épargnés durant toute la montée du Col d'Aspin, que l'on attaquait d'emblée, à froid.

Alain dans le Col d'Aspin (photo Sylvain, AAOC)
Après un peu plus d'une heure de pédalage, le sommet était en vue, envahi par la brume.

Fin de la montée du Col d'Aspin
J'ai juste eu le temps de prendre une photo souvenir avec le maillot du club, et la pluie s'est de nouveau invitée.

Col d'Aspin, 1490 m
Imperméables rapidement enfilés, nous avons  plongé dans la descente sous une averse qui nous a tenu compagnie jusqu'en bas, à Sainte-Marie-de-Campan, lieu de la pause café.

Sainte-Marie-de-Campan : pause café!
Là, compte tenu des conditions météorologiques, Alain exprime ses doutes, qu'on peut traduire ainsi : « Pas chaud pour le Tourmalet. Parfois, il faut savoir raison garder! Et puis peu importe si je suis petit joueur! »
Il faut dire que le Tourmalet, Alain l'a déjà grimpé à plusieurs reprises, ce qui n'est pas mon cas. Alain, qui avait envisagé à l'avance cette éventualité, a repéré sur la carte un itinéraire bis. Il a ainsi contourné la difficulté en passant par Bagnères-de-Bigorre puis Lourdes. Il m'a raconté à l'arrivée : « J'ai fait 75 km en tout. Je suis arrivé à 11h30 à l'hôtel à Argelès-Gazost. Impossible de récupérer le dénivelé car mon Garmin a planté! Il ne doit pas supporter l'humidité! »
Sa variante ne passant pas par Luz-Saint-Sauveur, lieu du repas officiel, Alain a dû de nouveau se contenter d'un petit resto.

Bonne route Alain!
Pour ma part, à Sainte-Marie-de-Campan, je n'ai pour l'heure qu'une seule petite inquiétude : et si l'organisateur décidait d'annuler le passage par le Tourmalet à cause de la météo? Je n'ai pas envie d'avoir fait tout ce chemin pour rien! Mais il n'en est rien! Ouf!

L'ami Guy M., qui a renoncé à poursuivre sur son vélo, constate que je n'ai que des gants courts. Il me prête une paire de gants longs aux couleurs de l'AAOC. Et je repars. Je fais à peine quelques mètres et tombe sur ce monument dressé en hommage à Eugène Christophe. Une phrase du champion reproduite sur le piédestal  me galvanise : « On n'abandonne jamais un travail que l'on a commencé. »


Sainte-Marie-de-Campan : monument à la mémoire d'Eugène Christophe
Et c'est parti pour l'ascension du Tourmalet : 16,9 km. A l'allure à laquelle je monte, il faut compter environ deux heures.

Tourmalet : les données du problème! (photo AAOC)
Ça s'annonce très brumeux, mais il ne pleut plus. Je me sens confiant. Et avec les gants de Guy, il ne peut rien m'arriver! Je souris intérieurement!

Début du Tourmalet
On dirait même que le soleil essaye de sortir… Ça laisse entrevoir un paysage qui doit être magnifique… par beau temps!

Vue partielle et estompée du Lac de Payolle
De temps en temps, des cyclos de l'organisation me doublent, parfois c'est moi qui les double. Nous échangeons quelques mots d'encouragements mutuels au passage. Dans les parages de La Mongie, la pente se maintient longtemps autour des 10%. Il ne faut pas trop y penser et garder le rythme.

Nous sommes quelques-uns à arriver à peu près ensemble au sommet, toujours sans pluie. Jean-Guy est là, avec le camion des boissons… fraîches! Mais il propose aussi du chaud. Bonne idée. Ce n'est pas inutile car il fait 7° en haut du Tourmalet! Le même Jean-Guy joue aussi les techniciens de prise de vue… car chacun souhaite conserver un précieux souvenir de cet instant! Merci pour la photo Jean-Guy!

Col du Tourmalet (2115 m) : Vincent, Babeth, Robert, moi et Alain n° 75.
Imperméable enfilé, je m'élance vers la descente… Deux contrariétés surgissent aussitôt : tout d'abord, il se remet à pleuvoir, et ça va s'accentuer au cours de la descente.  La pluie sur les lunettes, c'est déjà limite pour la visibilité. Mais en arrivant du côté de Barèges, il faudra y ajouter le brouillard… Dur-dur de voir la route et le fléchage!

Deuxième problème et pas des moindres : je constate dès le début de la descente que mon frein arrière, même serré à bloc, n'a aucun effet sur la rotation de la roue! Les patins sont déjà usés alors qu'ils étaient neufs au départ du Paris-Bayonne. Je vais devoir faire la descente avec le seul frein avant… Ma mission sera double : ne pas prendre trop de vitesse à cause de la route mouillée, mais ne pas trop freiner non plus pour ne pas bouffer les seuls patins qui me restent avant la fin de la descente.

Avantage de la situation : je n'ai pas le temps de penser qu'il fait froid : 6° dans la descente!

Je suis arrivé à Luz-Saint-Sauveur à 12h30. Je ne ressentais pas encore le froid en prenant mon plateau repas. C'est en mangeant que je me suis senti complètement frigorifié et que je me suis mis à grelotter. Je n'étais pas le seul de ce cas! N'est-ce pas, Martine…

Luz-Saint-Sauveur : Martine
Un rayon de soleil est apparu pendant que je mangeais. Mais quand je suis ressorti, il pleuvait à nouveau. Comme de nombreux cyclistes (plus de la moitié du peloton selon mes infos, non officielles), j'ai pris la décision de rentrer à l'hôtel et de zapper la montée sur Hautacam. Je suis rentré à Argelès-Gazost sous la flotte et en claquant des dents.

J'ai un très léger regret de ne pas avoir fait la montée à la station d'Hautacam. Mais outre le froid, je redoutais qu'après la descente du Tourmalet sous la pluie, les gommes “avant” ne rendissent l'âme à leur tour avant la fin de la descente d'Hautacam. C'était plus raisonnable de rentrer plus tôt à l'hôtel, de changer les patins usagés et de faire une petite sieste pour reprendre des forces en vue de la dure étape du lendemain (Soulor, Aubisque, Marie Blanque, etc.).

81 km et 2559 m de D+, en montant Aspin et Tourmalet, et en effectuant les deux descentes sous le déluge, on dira que ce n'était déjà pas si mal!

Claude
Photos personnelles, sauf mention contraire (AAOC)

PS : Voir ci-dessous le profil des ascensions (Bonus).

LIENS :

➜ La présentation du Paris-Bayonne 2015 sur le site “Claude et Marie-Ange font du vélo”.
➜ Présentation sur le site de l'AAOC.
➜ Les photos de Sylvain : 8e étape.
➜ Les photos de l'AAOC (Franck et autres) : 8e étape.
➜ Toutes mes photos sur Flickr (+ une sélection de photos téléchargées)

BONUS : 

Profil des ascensions :

1. Col d'Aspin
Pente moyenne: 6.5 %
Distance: 12 km
Altitude départ: 710 m
Altitude top: 1489 m
Dénivelée: 779 m
Pente maximum: 10 %



2. Col du Tourmalet
• Pente moyenne: 7.4 %
• Distance: 17.2 km
• Altitude départ: 847 m
• Altitude top: 2115 m
• Dénivelée: 1268 m
• Pente maximum: 10 %




2 commentaires: