samedi 25 octobre 2014

ENTRE VERCLAUSE ET LE COL DE PIERRE VESCE (100 COLS EN DRÔME)

RANDONNÉE PERMANENTE DU CLUB DES CENT COLS

Retrouvez sur notre site la page 100 cols en Drôme, qui récapitule tous nos articles concernant cette randonnée (séjours d'octobre 2013, d'avril et d'octobre 2014).

Présentation succincte du parcours

Un aller-retour au départ de Verclause, incluant de petites variantes sur le retour, pour un total de 60 km, avec 4 cols, dont un gravi des deux côtés :
  • Col du Reychasset (1052 m), 2 fois
  • Col de Pierre Vesce (1056 m)
  • Col du Laux (883 m)
  • Collet de Lemps (886 m).
D+ cumulé : 1281 m au GPS (1420 m selon Openrunner).
➜ le parcours sur Openrunner.

➜ Toutes nos photos sur Flickr

Le résumé de la journée…

C'est le dernier jour ! Après ce parcours, nous aurons terminé la randonnée permanente "100 Cols en Drôme"! Après une heure de voiture, nous sommes sur place, prêts à démarrer.

Nous quittons Verclause sous un soleil magnifique. Comme annoncé par la météo, le froid et le vent des jours précédents ont renoncé à nous compliquer la tâche! Le paysage, autour du Coustouran, nous séduit immédiatement.

Vue sur le Coustouran
Dix-huit kilomètres séparent Verclause du premier col du jour, le Col du Reychasset. La route s'élève d'abord en douceur sur une douzaine de kilomètres, en suivant la vallée de l'Eygues, puis celle de l'Armalause. Nous sommes aux confins de la Drôme et des Hautes-Alpes.

Environ deux kilomètres avant d'arriver à Laux-Montaux, la pente s'accentue. La véritable ascension commence.

Laux-Montaux
C'est sur le final que la difficulté est la plus corsée. Les trois deniers kilomètres sont à 7% de pente moyenne.

Col du Reychasset (1052 m)
Pour atteindre le col suivant, le Col de Pierre Vesce, nous devons d'abord faire la descente du Col de Reychasset jusqu'à Villebois-les-Pins puis, aller-retour oblige, il nous faudra l'escalader une deuxième fois par son autre versant.

Personnellement, je suis prêt à y aller, mais Marie-Ange hésite… Elle ne se sent pas dans une très grande forme. De plus, le Col de Pierre Vesce lui fait un peu peur avec ses longs secteurs aux pourcentages entre 12 et 15%… Mais comme il fait très beau, elle décide de continuer avec moi.

Premier passage à Villebois-les-Pins
Dès la sortie de Villebois, on attaque la montée vers la Montagne de Pierre Vesce…

Montagne de Pierre Vesce
Le Col de Pierre Vesce, n'est pas long, entre 2 et 3 km à peine, mais comme je l'ai déjà dit, il présente de fort jolis pourcentages.

Profil du Col de Pierre Vesce, depuis Villebois-les-Pins
Le passage de ce petit col costaud mérite d'être immortalisé!

Col de Pierre Vesce (1056 m)
Contrairement au Col du Reychasset, d'où l'on ne voyait pas grand chose, ce col offre quelques belles perspectives.

Panorama au Col de Pierre Vesce
Il offre aussi un cadre idéal pour un pique-nique!

Pique-nique au Col de Pierre Vesce
Le moment est venu de prendre la route du retour. Bien qu'assez courte, la descente sur Villebois-les-Pins n'est pas si rapide qu'on pourrait le croire. Forte pente + virages serrés = prudence!

Retour à Villebois-les-Pins
Après Villebois-les-Pins, il nous faut donc remonter au Col du Reychasset : 4 km à un peu moins de 5% de moyenne. La route est belle et la pente régulière. Ça se monte bien.

Sur la route du Col du Reychasset
Les couleurs de l'automne sont déjà très présentes ici, contrairement aux routes que nous avons sillonnées les jours précédents.

Sur la route du Col du Reychasset
La troisième ascension du jour se termine. Pas d'arrêt pour Marie-Ange…

Col du Reychasset : deuxième passage
Dans la descente, nous n'allons pas jusqu'à Laux-Montaux car nous optons pour une variante. Nous abandonnons la D116 pour la D316, qui va nous permettre de franchir le Col du Laux.

On aperçoit le Col du Laux
Le décor de la route est joli.

En montant au Col du Laux
Le col est en vue… Nous le franchissons bientôt sans y voir de panneau.

Col du Laux
Ces impressions agréables sont malheureusement gâchées par le revêtement de la route. Sur des kilomètres, aux alentours de Chauvac, celle-ci est en effet recouverte de gravillons. Marie-Ange n'aime pas ça du tout. Ces gravillons rendent la descente particulièrement dangereuse. Ils nous obligent à être extrêmement vigilants et nous empêchent de nous reposer correctement après les efforts accumulés au cours des montées. Inutile de dire que le retour sur la D116 et son bitume sont les bienvenus.

A l'approche de Verclause, une nouvelle variante est possible. Au lieu des 2 km en faux plat descendant qui mènent tout droit au parking, un petit supplément de 12 km nous permettrait de franchir le Collet de Lemps… mais pour cela, il faudra remonter à 886 m d'altitude, alors qu'on est à 547 m… Autrement dit près de 340 m de dénivelé!

Voyant que Marie-Ange est très fatiguée, je lui propose d'aller m'attendre à la voiture pendant que je fais la boucle de Lemps… Elle pourrait se le permettre sans compromettre l'homologation de la randonnée permanente car elle a déjà dépassé la distance, le nombre de cols et le dénivelé cumulé. « C'est ce qui était prévu? », me demande-t-elle. Et sans attendre la réponse : « Alors on y va! »

Lemps
On y va, certes, mais ce ne sera pas une simple formalité. Près de 7 km de montée, des passages à plus de 10%… Le Collet de Lemps, notre dernier col franchi sur cette randonnée permanente des 100 Cols en Drôme, n'est pas un "petit" col, malgré son nom qui a tout l'air d'un diminutif!

Pas de panneau au Collet de Lemps (886 m)
Malgré quelques chiens errants qui menacent notre descente, nous finissons par arriver à Verclause…

Verclause
Il était temps. Marie-Ange est moulue. Et il y a de quoi, avec 1420 m de dénivelé en 60 km! Le profil du parcours en atteste!

Profil du parcours
Mais malgré la fatigue, c'est la satisfaction qui domine. Nous avons enfin terminé cette randonnée permanente! (voir le bilan)

Claude
Photos personnelles

2 commentaires:

  1. salut Claude !
    ouah ! quelle balade ! exceptionnel !
    tu devrait faire un article-photos sur Lemps et son collet aussi ;)
    bravo à vous deux !
    à+
    Rémi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Rémi!
      Lemps et son collet, j'en parle à la fin de cet article. Nous ne sommes pas allés jusqu'au village car nous étions pressés d'en finir… Quand on enchaîne les cols, on n'a pas le temps de s'arrêter partout!
      A+

      Supprimer