mardi 28 octobre 2014

UN COL DANS LYON : LE COL DE TRION

De passage en banlieue lyonnaise, je suis allé faire un petit tour en ville avec mon vélo. J'en ai profité pour franchir un nouveau col : le Col de Trion! C'est un vrai col, situé juste au-dessus du tunnel sous Fourvière, à une altitude de 266 m, entre la colline de Saint-Irénée (311 m) au sud, et la colline de Fourvière (299 m) au nord-est.

Nous sommes là dans le quartier historique de Lugdunum, non loin du théâtre antique et de quelques autres vestiges de l'ancienne capitale des Gaules.

Col de Trion (266 m)
POURQUOI "TRION"?

Le nom de Trion est très ancien. On le retrouve sur un document datant de 932. Ce n'est pas seulement le nom de la rue (de Trion) et de la place du même nom (qui se trouve à l'emplacement du col) mais de tout le secteur situé autour du carrefour, dans le quartier de Saint Just.

Une histoire de fontaines?

L'une des hypothèses pour expliquer l'origine du nom serait latine : Trion serait la déformation de "Tri Fontius", ou "trois fontaines". Cette étymologie supposée a été en partie confirmée lors de la découverte d'une fontaine romaine, retrouvée en très bon état de conservation vers 1983-1985. La fontaine a été déplacée et installée sur la place de Trion, donc tout près du col.

Ignorant l'existence ce cette fontaine au moment où j'y suis passé, je n'y ai pas prêté attention. Il faudra que j'y retourne!…

Fontaine romaine de la place de Trion, Lyon, 5e arrondissement (photo du net)
… ou de voies romaines?

Malgré l'aspect séduisant de cette explication, il me faut admettre (un peu à regret, car la fontaine est bien belle!) qu'elle est très certainement fausse. En réalité, le col (aujourd'hui "La place de Trion") était dès le début de l'époque romaine un carrefour important de voies romaines.

Trion viendrait donc beaucoup plus probablement du latin "trivium" : les "trois routes". A cet endroit, la voie romaine descendant de Fourvière, cœur de Lugdunum, se séparait en trois pour donner naissance :
  • vers le nord-ouest, à la Voie de l’Océan, qui suivait le vallon jusqu’à Gorge de Loup puis Vaise (par les rues Pierre Audry, Sergent Michel Berthet, etc.),
  • vers le sud-ouest à la Voie d’Aquitaine (rue de la Favorite)
  • et à une voie desservant les quartiers sud de la ville par l'actuelle rue de Trion.
Voies romaines de Lyon autour de Trion, vers -20 av. J.-C.
Un vaste cimetière antique…

Sur le site "Lyon Historique" (http://qse.free.fr/spip.php?article5), on apprend également que, dès avant Jésus-Christ, les abords du col ont servi de cimetière, aux portes de la ville romaine : « Ce carrefour, situé à l’extérieur de l’enceinte présumée de la cité, était bordé de nombreux tombeaux et constituait la plus grande nécropole de Lugdunum, celle de Trion. »

LES ACCÈS AU COL

Pour ceux qui veulent franchir le Col de Trion en vélo, il y a de nombreuses possibilités.

Depuis le sud, on accède au col par la montée (ou chemin) de Choulans, nom d'une rue du 5e arrondissement de Lyon. Cette montée, longue de 1712 m, est la principale voie d’accès à la colline de Fourvière depuis le bord de la Saône (Pont Kitchener, à proximité de l'entrée du tunnel sous Fourvière). Dans les 400 premiers mètres, c'est une rue en forte pente, offrant des passages à plus de 10%. Avec une altitude de départ à 170 m et une arrivée à 266 m, elle compte un dénivelé positif de 96 mètres, la pente moyenne se situant autour 5,6 %. Si possible, éviter les heures de pointe…

C'est par là que je suis monté pour franchir le col.

Début de la montée de Choulans, entre l'autoroute A6 et sa bretelle d'accès
Seconde possibilité depuis la Saône, en partant du Pont de la Feuillée : la grimpette est ardue, par la montée Saint-Barthélemy, avec près de 10% de pente moyenne sur un kilomètre. Il reste alors à parcourir un autre kilomètre en continuant toujours en face de soi jusqu'au Col de Trion.

Depuis le nord-ouest, en partant de Gorge de Loup, on peut aussi y accéder par une belle montée d'environ 100 m de dénivelé sur 2 km.

Depuis l'ouest, plusieurs accès faciles sont possibles à partir de Tassin-la-Demi-Lune, mais ne présentent guère d'intérêt en terme d'ascension.

Claude
Photos et documents trouvés sur Internet


LIENS :

Plus d'infos sur :
—> La Place de Trion, située à l'emplacement du col du même nom.
—> La montée de Choulans sur Wikipédia.
—> Les voies romaines de Lyon (site Lyon Historique)

3 commentaires:

  1. Jean-Louis Rocher10 novembre 2014 à 17:04

    Merci pour l'information ; j'ai grimpé ce col à plusieurs reprises lorsque j'habitais Lyon et je ne l'avais pas encore comptabilisé dans ma liste.

    RépondreSupprimer
  2. ah ben bravo et moi j'ai l'air de quoi avec mes pauvres explications sur le col de Trion, ahah ! merci pour ce bel exposé que j'ai rapidement mis dans mes liens !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme il faut rendre à César ce qui lui appartient, je dois reconnaître que c'est ton article qui m'a rappelé cette ascension et m'a inspiré pour faire quelques recherches complémentaires… Alors merci à toi!

      Supprimer